top of page

Le Canada désire un avion d’alerte précoce AEW&C !

Dans le cadre de la réorganisation de la Royal Canadian Air Force (RCAF) en une force expéditionnaire efficace, apte au combat, flexible et réactive, le pays envisage l’achat d'avions d'alerte précoce aéroportés (AEW&C). Retour sur cet important objectif et sur les candidats potentiels.

Saab Global Erieye & Boeing E-7 devraient être en concurrence


L’objectif

L'acquisition d'une flotte d'avions d’alerte précoce est l’un des achats phares décrits dans la nouvelle vision de la défense du Canada. Le développement du concept d’alerte précoce (AEW&C) n’est pas révolutionnaire. En revanche, de nombreux alliés du Canada, notamment l'US Air Force, la Royal Air Force et la Royal Australian Air Force, ont déjà reconnu la nécessité de disposer d'ensembles de forces expéditionnaires aériennes évolutives, modulaires et adaptés aux tâches. Dans sa configuration la plus simple, une composante d’alerte précoce est une force de niveau tactique déployable, adaptée aux tâches et normalement composée d'un élément de commandement, d'un ou plusieurs éléments d'opérations aériennes, d'un élément de soutien aux opérations, d'un élément de soutien de mission. Dans cette vision évolutive, la RCAF se doit à l’avenir de disposer d’une structure de force AEW&C pour inclure des éléments de commandement, de soutien de mission et de soutien opérationnel dans un environnement interarmées combiné. La plateforme sélectionnée devra détecter les avions, drones et les missiles à longue portée en temps réel et de beaucoup plus loin que les radars au sol, puis gérerait l'espace de bataille en réponse à la menace.


Le projet

Le Canada ainsi un budget d’un peu plus de 5 milliards de dollars canadiens (3,65 milliards de dollars) pour l'acquisition d'avions d'alerte précoce aéroportés (AEW&C). A ce sujet, les responsables du ministère canadien de la Défense nationale ont déclaré que le financement était d'un "niveau approprié" pour fournir des capacités et des actifs AEW&C, selon les estimations. Aucun détail n'a été divulgué sur le moment où l'acquisition du Canada pourrait avoir lieu, les responsables de la défense affirmant que le calendrier de l'acquisition et de la livraison "sera confirmé une fois que la stratégie d'approvisionnement sera identifiée".

 

Les concurrents potentiels

Deux systèmes très modernes sont disponibles sur le marché, il s’agit du Boeing E-7 « Wedgetail » sélectionné par l’Otan pour remplacer les E-3 « Sentry » et déjà acquis par plusieurs pays comme l’Australie, la Turquie, la Corée du Sud et le Royaume-Uni. De l’autre, on trouve le système Saab Erieye monté sur une cellule d’avion Global 6000 de Bombardier (GlobalEye). Ce système en service aux EAU est pleinement opérationnel. L’occasion pour l’équipe canadienne de se positionner en force après l’échec du système d’avion de patrouille maritime basé sur une cellule de Global 6500, mais qui n’existait que sur la planche à dessin.


Le Boeing E-7 « Wedgetail »


L'E-7 "Wedgetail" destiné à l'USAF @ Boeing


L'E-7 fournit un nœud de commande et de contrôle entièrement intégré, éprouvé au combat et flexible qui offre une prise en compte de plusieurs domaines dans les environnements opérationnels les plus difficiles. L'architecture des systèmes ouverts et la conception logicielle agile de l'E-7 permettent aux capacités de l'avion d'évoluer et de garder une longueur d'avance sur les menaces futures. L'E-7 suit simultanément plusieurs menaces aériennes et maritimes avec une couverture à 360 degrés via le capteur MESA (Multi-role Electronically Scanned Array). Le MESA fournit une connaissance du domaine critique pour détecter et identifier les cibles adverses à longue distance et s'adapte dynamiquement aux situations tactiques émergentes.

Le radar MESA offre la possibilité de s'adapter dynamiquement à chaque situation tactique unique ou émergente. Le radar avancé peut étendre sa portée de détection sans avoir à voler plus près d'une situation de menace. En ciblant son énergie sur la menace, le capteur peut presque doubler sa portée de détection à l'emplacement d'accentuation, tout en conservant un arrière-plan complet de l'ensemble de l'espace de combat. Comparé à d'autres radars de surveillance, MESA a également des taux de mise à jour plus élevés pour un suivi amélioré, amenant la gestion de la bataille au bord de l'enveloppe de surveillance radar. Ce système radar puissant permet de suivre simultanément des cibles aériennes et maritimes, y compris la capacité de revisiter des cibles de haut niveau à des vitesses rapides. Dans le même temps, MESA fournit une capacité d'identification, d'ami ou d'ennemi (IFF) entièrement intégrée, à longue portée pour maintenir une surveillance continue de la zone opérationnelle. L'E-7 offre la capacité d'indicateur de cible mobile aéroportée (AMTI) la plus résistante et la plus avancée disponible.

Le E-7 fournit une connectivité au-delà de la visibilité directe aux ressources interarmées et de la coalition dans des environnements dégradés et contestés.

 

L'E-7 fournit un nœud de commande et de contrôle entièrement intégré, éprouvé au combat et flexible qui offre une prise en compte de plusieurs domaines dans les environnements opérationnels les plus difficiles. L'architecture des systèmes ouverts et la conception logicielle agile de l'E-7 permettent aux capacités de l'avion d'évoluer et de garder une longueur d'avance sur les menaces futures. L'E-7 suit simultanément plusieurs menaces aériennes et maritimes avec une couverture à 360 degrés via le capteur MESA (Multi-role Electronically Scanned Array). Le MESA fournit une connaissance du domaine critique pour détecter et identifier les cibles adverses à longue distance et s'adapte dynamiquement aux situations tactiques émergentes.

Le radar MESA offre la possibilité de s'adapter dynamiquement à chaque situation tactique unique ou émergente. Le radar avancé peut étendre sa portée de détection sans avoir à voler plus près d'une situation de menace. En ciblant son énergie sur la menace, le capteur peut presque doubler sa portée de détection à l'emplacement d'accentuation, tout en conservant un arrière-plan complet de l'ensemble de l'espace de combat. Comparé à d'autres radars de surveillance, MESA a également des taux de mise à jour plus élevés pour un suivi amélioré, amenant la gestion de la bataille au bord de l'enveloppe de surveillance radar. Ce système radar puissant permet de suivre simultanément des cibles aériennes et maritimes, y compris la capacité de revisiter des cibles de haut niveau à des vitesses rapides. Dans le même temps, MESA fournit une capacité d'identification, d'ami ou d'ennemi (IFF) entièrement intégrée, à longue portée pour maintenir une surveillance continue de la zone opérationnelle. L'E-7 offre la capacité d'indicateur de cible mobile aéroportée (AMTI) la plus résistante et la plus avancée disponible.

Le E-7 fournit une connectivité au-delà de la visibilité directe aux ressources interarmées et de la coalition dans des environnements dégradés et contestés.


Le Saab GlobalEye


Le GlobalEye @ Saab


Basé sur la famille d'avions Global 6000/6500 de Bombardier, le GlobalEye combine le radar Erieye Extended Range de Saab avec une combinaison avancée de capteurs et un système de commande et de contrôle (C2) multi-domaines.

Le radar Erieye Extended Range (ER) du GlobalEye est un radar de surveillance aéroporté à longue portée de nouvelle génération, assurant une surveillance simultanée de l'air, de la mer et de la terre. C'est le résultat du développement continu par Saab du concept Erieye, augmentant la portée de détection de 70 % contre des cibles aériennes « furtives » peu observables. Détecter des cibles aériennes peu observables à longue distance n'est pas facile. Cela nécessite un gros radar, une grosse antenne à haute puissance. Erieye ER est basé sur la technologie GaN pour permettre la haute puissance nécessaire. Le radar Erieye ER est construit sur des capteurs AESA multicanaux où la direction de balayage est dirigée électroniquement et permet également une puissance de sortie plus élevée pour augmenter les performances de portée. La surveillance aérienne à longue portée possède de manière unique la vitesse, la portée et la flexibilité nécessaires pour fournir ces informations dans les airs, sur mer et sur terre.

L'énorme quantité de données gérées par le GlobalEye doit être traitée rapidement et efficacement pour permettre une identification instantanée des modèles et des déviations susceptibles d'affecter le cours des événements. La fonctionnalité d'intelligence artificielle (IA) et l'apprentissage automatique permettent une analyse puissante des données en temps réel et constituent un complément solide à l'intelligence intégrée au système de commande et de contrôle.

Adapté sur le Jet d'affaires à très long rayon d'action Global 6000/6500, le système GlobalEye permet une autonomie jusqu’à 11 heures de vol avec une portée de plus de 550km.

Le GlobalEye a été commandé par les EAU et la Suède.

 

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page