top of page

F/A-18 retard annoncé pour la prolongation de vie !

Les avions de combat F/A-18C/D en service depuis 1997 doivent être utilisés d'ici les années 2030, des travaux de prolongations de cellule vie, ainsi qu’une mise à jour sont en cours. Une partie de ceux-ci sont terminés, mais concernant la structure, des retards ont été constatés, explications


Travaux de maintenances sur un Hornet @ RUAG


Rappel

Afin d’assurer l’utilisation des F/A-18C/D « Hornet », âgés de 25 ans, jusqu’à la livraison du nouvel avion de combat Lockheed Martin F-35A, ceux-ci sont soumis à un programme de prolongation de la durée d’exploitation. Des travaux ont été menés à bien l’année passée, tels que l’introduction d’un logiciel d’avion actualisé et d’un système radio doté d’une nouvelle technologie de chiffrement.

Les avions de combat de type F/A-18C/D « Hornet, » en service depuis 1995, doivent être utilisés jusque dans les années 2030 pour la protection et la défense de l’espace aérien suisse. Pour éviter toute lacune dans l’accomplissement de ces tâches, le Parlement, dans le message sur l’armée 2017, a chargé le DDPS de réaliser le projet « Prolongation de la durée d’utilisation des avions de combat F/A-18 », à hauteur de 450 millions.

En l’état actuel de la planification, les nouveaux avions de combat F-35A seront livrés progressivement sur une période s’échelonnant de 2027 à 2030 et ils pourront remplir leur mission au début des années 2030.


Retard des fournisseurs & complexité des travaux

Une grande partie de ces travaux est déjà terminée. Cependant, les travaux techniquement exigeants sur la structure de l'avion et les livraisons de matériel de remplacement prennent plus de temps que prévu à l'origine. L'achèvement du projet sera redéfini à la fin de 2027.


Révision de structure @ RUAG


Les travaux sur la structure de l'avion et la livraison de matériel de remplacement prennent plus de temps que prévu. Une grande partie de ces travaux est déjà terminée. Il s'agit notamment de l'introduction de systèmes modernisés de communication, de navigation et d'identification, de la mise à jour du logiciel de l'avion, du renouvellement du simulateur de vol et de l'adaptation des systèmes de planification de mission.


En revanche, les travaux de vérification et de rénovation de la structure de l'avion prennent plus de temps que prévu. RUAG AG, en tant qu'entrepreneur principal, justifie cela par le fait que les travaux techniquement exigeants sont plus coûteux que prévu et que, parallèlement, en raison du vieillissement des avions, les frais de maintenance augmentent.

Le projet comprend également un paquet logistique pour soutenir l'exploitation des avions jusqu'aux années 2030. Ce paquet comprend l'achat de divers matériaux de remplacement et le maintien de l'infrastructure de support nécessaire à la maintenance. En raison de délais de livraison parfois très longs, les livraisons de matériel durent jusqu'à la fin de 2027.


Pour les raisons mentionnées ci-dessus, travaux fastidieux et efforts supplémentaires pour la maintenance, une partie des travaux restants sur la structure de l'avion n'est plus effectuée que sur 15 aéronefs sur 30. Selon la planification actuelle, la conclusion aura lieu au premier semestre 2026. L'autre moitié des avions subira des inspections supplémentaires dans le cadre de la maintenance périodique.


Cela permet d'atteindre jusqu'à 6 000 heures de vol par avion pendant la durée de vie restante pour l'ensemble de la flotte, et l'utilité des travaux jusqu'au remplacement de la flotte par le F-35A n'est pas remise en question.

Travaux d'entretien@ RUAG


Retard de livraison fournisseurs

Si certains travaux sur la cellule de l’avion s’avèrent particulièrement complexe pour les équipes de RUAG, les nombreux retards de livraison de pièces détachées n’ont fait qu’aggraver le problème. Cette problématique des sous-traitants touche malheureusement l’ensemble des avionneurs, tels que Dassault Aviation, Embraer, Bombardier, Airbus Lockheed Martin et Boeing. Les avionneurs tant pour les aéronefs civils que militaire doivent faire face à de nombreux retard de livraison. On relève que se sont surtout les pièces touchant l’aérostructures (pièces de fuselages) qui pénalisent la production et le remplacement de pièces détachées. Les petits comme les grands sous-traitants sont concernés.  Les difficultés des sous-traitants sont de nature variée : approvisionnement en matière première, pénurie de main d’œuvre, auxquelles s’ajoutent une forte demande dans le secteur.

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page