top of page

Missile de croisière abattu par un F-35i !

C’est une grande première après la confirmation de l’armée israélienne qui abattu pour la première fois un missile de croisière à l’aide d’un F-35i « Adir ». Il s’agit également d’une nouvelle confirmation des capacités de l’avion furtif qui s’était déjà mis en avant dans l’interception et la destruction de drones en vol.

Premier « kill »

L'armée de l'air israélienne avait révélé le 6 mars 2022 que l'année dernière, un Lockheed Martin F-35i « Adir » était devenu le premier F-35 à abattre une cible aéroportée. Ce premier engagement air-air a eu lieu le 15 mars 2021, lorsque les F-35 ont intercepté deux drones iraniens Shahed 197 qui se dirigeaient vers l'espace aérien israélien, avant même de franchir la frontière.

Missiles détruits

Cette fois les F-35i se sont vu intervenir sur une cible plus complexe à abattre. Un missile de croisière lancé depuis le sud-est vers l'espace aérien israélien a été détecté par les systèmes de contrôle et de détection de l'IAF. Après avoir suivi la trajectoire du missile de croisière, les avions de combat F-35i « Adir » ont été décollés repérés et identifier la cible et intercepté le missile. Ce missile de croisière a été lancé depuis le Yémen par les Houthis soutenus par l’Iran, bien que Tsahal n’ait pas précisé le site de lancement.

Plusieurs attaques ont été lancées depuis le Yemen depuis l’opération du Hamas du 7 octobre qui a tué plus de 1 400 personnes en Israël, la menace aérienne en provenance du Yémen s’est accrue. Le 18 octobre, les Houthis du Yémen ont lancé des drones et des missiles de croisière vers Israël, le Pentagone affirmant que l'USS Carney avait intercepté 15 drones et quatre missiles de croisière en 9 heures. Une autre attaque a été lancée le 27 octobre, mais les projectiles ont atterri en Égypte. Et le 31 octobre, Israël a utilisé son système Arrow, développé conjointement avec les États-Unis, pour intercepter un missile balistique lourds en provenance du Yémen.

Détection difficile

Les missiles de croisière volent à basse altitude de manière rapide, sous les faisceaux des systèmes radar ennemis. Beaucoup volent suffisamment bas pour n’être détectables que très tardivement par des radars conventionnels à des distances de 30 miles ou moins, soit à environ trois minutes de vol de l’objectif. Ce qui laisse peu de temps aux défenseurs sur le terrain pour réagir à leur menace. La partie la plus difficile de la menace des missiles de croisière est de les détecter et donc ensuite de pouvoir les engager à temps. Souvent maniable ces engins profitent de la topographie complexe et escarpée pour échapper aux détections. L’emploi d’avions modernes équiper de capteurs puissants en altitude permet de combler cette lacune.


Travaille de préparation

L’une des nombreuses fonctions du Lockheed Martin F-35 est l’interception d’engins balistiques. Ce dernier peut détecter, classifier et intercepter de telles menaces grâce à son AN/APG-81 AESA est ses différents capteurs très avancés comme le système de ciblage électro-optique (EOTS).

Généralement, les missiles de croisière et les drones volent à basse altitude, ce qui, combiné à leur section efficace radar relativement petite, en fait un défi particulier pour la défense aérienne. Les radars AESA modernes dépassent de loin les capacités des radars à balayage mécanique traditionnels lorsqu'ils « regardent vers le bas » des cibles difficiles à détecter, puis les suivent et les engagent une fois détectées.

Israël a établi un programme régional de défense aérienne en coopération avec certains de ses pays voisins pour détecter et intercepter les véhicules aériens sans pilote et les missiles de croisière, les pays s'entraidant mutuellement pour la défense des autres. Grâce à ce programme, le pays peut détecter les aéronefs hostiles à l'avance, provoquant le décollage des F-35I, appartenant au 140 ème Escadron « Golden Eagle » et du 116 ème Escadron « Lion » depuis la base aérienne de Nevatim.


Le missile abattu

Peu d’information sont disponibles sur le missile de croisière tiré de puis le Yemen sur Israël. Selon les images disponibles, il s’agit probablement d’un Quds 3 ou 4 « Hatim ». Soit un missile à propergol solide qui ressemble beaucoup au Zoheir/Raad 500 d'une portée de 500 km développé par le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI). Le Zoheir a été dévoilé seulement en 2020 et représente l'un des missiles à propergol solide les plus modernes d'Iran. Il a été présenté pour la première fois par les Houthis en 2022 et rebaptisé « Hatim » et démontre la volonté de l'Iran de transférer des systèmes avancés à son allié yéménite. Les Quds 3 et 4 disposent d’une portée accrue et d’un guidage terminal.


Photos : 1 F-35i « Adir » 2 Drone Shahed 197 abattu 3 Missile Quds « Hatim » abattu @ IAF 4 Quds « Hatim » au Yemen @ Reuters


1 466 vues

Posts récents

Voir tout

Komentáře


bottom of page