top of page

La Roumanie dit adieu à ses MiG-21 !

La Roumanie a officiellement retiré ses derniers avions de combat Mikoyan-Gurevich MiG-21, datant de l’ère soviétique avec la mise en service opérationnelle du Lockheed Martin F-16 « Fighting Falcon ». Seuls 16 exemplaires sont restés en service dans l'armée de l'air roumaine à ce jour.

Presque 50 ans

Les derniers MiG-21roumains ont un peu moins de 50 ans. La retraite laisse la Croatie comme seul opérateur MiG-21 en Europe.

La Roumanie utilise désormais un escadron de 17 avions de chasse F-16 achetés récemment au Portugal et a signé un contrat avec la Norvège en novembre pour acheter 32 F-16 d'occasion supplémentaires.

Lors d'une cérémonie ce lundi, les avions MiG-21 « Lancer » ont effectué leurs derniers vols.

Pendant le régime communiste, la Roumanie comptait environ 400 MiG-21. Les avions retirés seront entreposés à la base aérienne de Bacau, dans le nord-est de la Roumanie.

"Il était temps pour nous de passer à quelque chose de mieux et d'être en phase avec le monde", a déclaré le pilote roumain Adrian Trifa avant la cérémonie à la base aérienne de Borcea, dans le sud-est.

Le général à la retraite Stefan Danila, ancien chef de la défense et ancien pilote de MiG-21 « Lancer », a déclaré que le passage à des avions de combat plus avancés aurait dû avoir lieu "il y a au moins dix ans".


Beaucoup d’accidents

De 1991 à 2022, il y a eu 30 incidents aériens qui ont entraîné la destruction des avions MiG-21 roumains, précise le ministère de la Défense. En mars 2022, un MiG-21 a disparu des radars lors d'une patrouille près de la mer Noire. Il a été découvert plus tard qu'il s'était écrasé, tuant le pilote.

Le MiG-21 « Lancer »

Le programme de mise à niveau « Lancer » (Lance pour arme et R pour Roumanie) a été conçu pour augmenter la capacité de combat et éventuellement l'interopérabilité de l'OTAN (la Roumanie est devenue membre de l'OTAN le 1er avril 2004), grâce à l'installation d'un ensemble avionique avancé. La mise à niveau devait être compatible avec les packages installés sur les avions de combat de 4e génération. Les améliorations apportées à l'avion comprenaient une interface pilote-véhicule (PVI) améliorée dans la refonte du cockpit, des systèmes d'avertissement améliorés et la capacité de fonctionner la nuit et dans des conditions météorologiques défavorables. La mise à niveau a permis l'utilisation d'armes occidentales et orientales, ainsi qu'une augmentation de la capacité de survie dans un environnement hostile pendant le combat aérien avec l'installation d'un nouveau système d'autoprotection. Trois variantes de « Lancer » sont entrées en service, le Lancer-A qui était un chasseur-bombardier monoplace pour l'appui aérien rapproché, le Lancer-B un entraîneur à deux places et le Lancer-C qui était un intercepteur monoplace pour la défense aérienne. Le premier escadron LanceR a été formé à Bacau le 8 mai 1997. Le premier prototype MiG-21 Lancer-A (9809) a volé le 22 août 1995, suivi du Lancer-B (327) le 6 mai 1996. Le prototype Lancer-C (6607) a volé pour la première fois le 6 novembre 1996.


La flotte « Lancer » est rester l'épine dorsale de la RoAF, jouant des rôles de défense aérienne, d'appui aérien rapproché et d'entraînement. L'avion est inhabituel en ce qu'il peut maintenant transporter à la fois l'armement oriental et occidental. Le « Lancer » a été doté notamment de missiles air-air R60, R73 et Python 3 IR, les bombes de 250 lb et 500 lb, les bombes à guidage laser (LGB), le ciblage et l'ECM. Certains des Lancer-A étaient également équipés de nacelles de ciblage Rafael « Litening » ou de nacelles de reconnaissance aéroportées Elbit / Aerostar. Les « Lancer » ont participé avec succès à de nombreux exercices de l'OTAN. Les avions modernisés ont démontré des niveaux de préparation considérablement améliorés, par rapport à leur statut antérieur et comparables à ceux d'autres membres de l'OTAN.

Photos : 1 & 2 MiG-21 Lancer en vol 3 Lancer-A stockés avant ferraillage @ RoAF

1 092 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page