top of page

L’US Army abandonne le projet FARA !

L'armée américaine vient de confirmer l’annulation du projet d’hélicoptère de reconnaissance et d’attaque, soit le Future Attack Reconnaissance Aircraft (FARA). 

FARA la décision

Selon la porte-parole de l’US Army, la raison de mettre fin au projet FARA est le reflet de ce à quoi ressemble la guerre à l'ère moderne. Selon les dernières analyses du conflit en Ukraine, il ressort que la reconnaissance aérienne a fondamentalement changé. Les capteurs et les armes montés sur une variété de systèmes sans pilote et dans l'espace sont plus omniprésents, plus éloignés et moins coûteux que jamais. Autrement dit, l’US Army privilégie la reconnaissance à l’avenir à travers une flotte de drones plutôt que d’un hélicoptère coûteux et dont la survivabilité sera considérablement limitée au fur et à mesure de la concentration d’armes sol-air et air-air sur le champ de bataille.

Jusqu’ici l’US Army avait prévu un remplacement des Kiowa à l’aide programme FARA qui avait été lancé en 2018. Cinq concurrents ont été présélectionnés avec au final une short-liste composée des Bell-Textron 360 Invictus et du Sikorsky Raider X.

 

Quels sont les nouveaux objectifs  ?

La fin du programme FARA devrait permettre de dégager des milliards de dollars qui devront être réinvestis rapidement. Selon les premières estimation, il est vraisemblable que les secteurs suivants vont bénéficier de la libération de ces fonds :

 

Signez un nouvel accord d'approvisionnement pluriannuel avec Lockheed-Sikorsky pour la ligne UH-60M Black Hawk.

 

Donnez à Boeing le feu vert pour commencer officiellement la production du CH-47F Block II Chinook.

 

Poursuivre le développement des futurs avions d'assaut à longue portée (FLRAA) comme prévu.

 

Démarrage d’un programme de drones de reconnaissance en remplacement du FARA.

 

De fait, les deux avionneurs en course pour FARA se retrouvent maintenant face à un mur.  L’Army prévoit donc de donner un soutien industriel aux deux entreprises dans le plan retravaillé. Par exemple, le plan visant à mettre fin au programme de mise à niveau UH-60V Black Hawk (qui comprend l'installation d'un nouveau cockpit numérique) au cours de l'exercice 2025 semblerait un coup porté à Sikorsky. Cependant, les dollars libérés de la plus grande décision sur l'aviation peuvent maintenant être utilisés pour conclure un nouvel accord d'approvisionnement pluriannuel UH-60M qui porterait la production au-delà de l'exercice 2026. Jusqu'à présent, la Garde nationale a reçu 60 aéronefs, avec d'autres à venir cette année, mais à l'avenir, cette composante recevra plutôt des UH-60M Black Hawks.

Un troisième acteur indl, Boeing, devrait donc bénéficier de l’arrêt du programme FARA avec la production sur le CH-47F Block II « Chinook » qui est maintenant lancée.

Le dernier élément et non des moindre concerne la motorisation. En effet, il est prévu à l’heure actuelle de maintenir le programme de moteurs à turbine améliorés T901 (ITEP) de General Electric dans la phase de développement au lieu de le mettre en production. Le moteur à turbine amélioré T901 est censé avoir 50 % de puissance en plus et 25 % plus d'efficacité énergétique. Cette turbine nouvelle génération garde donc un potentiel pour venir équiper en rattrapage divers hélicoptères en service à l’avenir, comme les AH-64E Apache et UH-60M Black Hawk, actuellement propulsés par le moteur T700 qui a commencé à voler avec le  Black Hawks dans les années 1970. 

L’ironie du sort

Cette décision ne vous rappelle rien ?  L’histoire semble se répéter mais pas pour les mêmes raisons. En effet, la décision de mettre fin au programme FARA intervient deux décennies après que l'US Army a mis fin à ses plans d'achat de la RAH-66 Comanche et près de 16 ans après la fin des travaux sur l'ARH-70A Arapaho, deux aéronefs conçus pour remplacer un certain Bell Kiowa !


Naissance et fin d'un concept

Pour comprendre les échecs de conception doctrinale et les erreurs tactiques de la guerre en Ukraine, il faut revenir à la naissance du concept d’hélicoptères d’attaque et à son évolution au fil du temps. Ce concept est né pendant la guerre du Vietnam, en raison de la nécessité d'armer les hélicoptères américains de systèmes plus lourds et plus efficaces. UH-1 qui assurait la protection des hélicoptères CH-21 transports plus lourds.

 

C'est à cette époque que l'armée américaine créa la première société de transport d'hélicoptères utilitaires tactiques, qui fut ensuite déployée au milieu de 1962 au Vietnam pour répondre aux besoins des missions de protection. En attendant, les tentatives d'armement du CH-21 y UH-1 Ils s’étaient révélés inefficaces en raison de leur plus petit calibre et de leur capacité destructrice. Mais les hélicoptères arrivés à l'entreprise avaient été modifiés, de sorte que le UH-1B Ils portaient des mitrailleuses lourdes de calibre .30 et des lance-roquettes de 2,5 pouces.

 

Logiquement, étant donné qu’il s’agissait d’une nouveauté, les commandants de l’armée américaine ne pensaient pas que cela représenterait un changement substantiel sur le champ de bataille. En fait, ils ont même commandé une évaluation de leur efficacité une fois déployés au combat à l’Army Concept Team (l’équipe qui a examiné les nouvelles conceptions et concepts pendant la guerre). Cette équipe serait chargée de mesurer l'efficacité des nouveaux hélicoptères UH-1B modifiés de 1962 à 1963, période pendant laquelle ils furent impliqués à plusieurs reprises dans des combats réels.

 

Si quelque chose a été pleinement démontré, c'est que cette entreprise a démontré sa capacité à assurer la protection contre les incendies sur les hélicoptères de transport, ainsi que sa capacité à combattre dans une guerre dans laquelle elle devait souvent pénétrer dans les zones de contact avec l'ennemi. Ils se sont même révélés efficaces contre les unités légères nord-vietnamiennes, en grande partie grâce à l’efficacité de leurs lance-roquettes, qui ont considérablement augmenté leur capacité destructrice tout en réduisant la nécessité de localiser clairement l’ennemi.

 

Le commandant chargé d'évaluer l'efficacité de cette nouvelle compagnie, le général Rowny de l'armée américaine, soulignera plus tard dans ses rapports à la direction militaire qu'en plus d'avoir vérifié que la UH-1B étaient capables de protéger les hélicoptères de transport CH-21, était également parvenu à fournir un appui aérien rapproché substantiel aux troupes engagées dans les combats.

 

Ainsi, après avoir démontré le succès des missions d'escorte et d'appui aérien rapproché, l'armée américaine a ordonné la création d'une ligne de production rien que pour elles, en plus de repenser le concept pour passer de l'hélicoptère de transport armé à, tout simplement, l'hélicoptère armé, qui permettrait d'embarquer des systèmes d'armes de plus en plus puissants. C'est ainsi que la Bell entrera en service en 1967. AH-1 Cobra, l'un des premiers hélicoptères d'attaque en service et dont le rôle de transport avait été complètement abandonné.

 

El cobra Dans sa version la plus utilisée à l'époque, le AH-1G, pouvait transporter une grande variété d'armes qui ont évolué au fil du temps. Ainsi, ils ont d'abord monté un minigun et un lance-grenades de 40 mm et plus tard le canon rotatif à trois tubes de 20 mm. M197 dans une tourelle sous le nez de l'hélicoptère. Ils pourraient également transporter des roquettes non guidées Hydra 70 Missiles antichar de 2.75 pouces et filoguidés Remorquage.

 

Jusqu'à la fin du guerre du Vietnam, l'hélicoptère AH-1G Cobra Elle fournissait une assistance au combat aux forces terrestres, escortait des hélicoptères de transport et jouait divers rôles, notamment ceux des bataillons de fusées aériennes (ARA ou Air Rocket Artillery) dans les deux divisions aéromobiles. Ils ont également créé des équipes de « chasseurs », en partenariat avec des hélicoptères de reconnaissance. OH-6A. Chaque équipe a envoyé un OH-6 voler lentement et à basse altitude pour détecter les forces ennemies. Si l'ennemi tirait sur l'OH-6, le AH-1G Cobra pouvait contre-attaquer l'ennemi qui avait révélé sa position.

 

En conclusion, même si l'hélicoptère d'attaque a subi de nombreuses pertes en raison du fait qu'il a dû se rapprocher de l'ennemi pour attaquer, il a fonctionné comme prévu. Mieux encore. En outre, l’impact qu’ils ont eu pendant le conflit a été supérieur à leurs propres pertes. Un nouveau système de combat s'était révélé efficace au combat, ce qui n'était pas passé inaperçu dans le reste du monde, puisque dans de nombreux cas, des armées comme celle soviétique lorgnaient depuis un certain temps sur ce nouveau type de plate-forme.

 

À cet égard, et bien que les États-Unis aient été les créateurs du concept, l'URSS a suivi de très près le processus de conception et de mise en service ainsi que son évolution ultérieure, donnant naissance la même année 1967 à la conception de l'hélicoptère de combat. Mil Mi-24. Il s'agissait d'un hélicoptère beaucoup plus lourd que son homologue américain (le AH-1 Cobra) mais avec la capacité de transporter des troupes (capacité que l'Occident avait éliminée des hélicoptères d'attaque), de transporter plus d'armes et d'être plus résistants. En 1969, il commencerait à être produit en série et un an plus tard, il serait en service en URSS.

 

Les Mi-24 Ils étaient armés d'une variété d'armes qui leur permettaient d'engager des véhicules blindés ennemis, des positions fortifiées et des troupes ennemies. Les Mi-24 pouvait transporter un canon de 30 mm, des roquettes non guidées S-8 et des missiles guidés antichar. Une panoplie et une plateforme conçues pour allier haute précision et maniabilité sur le champ de bataille.

 

Les différences entre les deux modèles montraient clairement que les deux pays avaient des conceptions différentes des hélicoptères d’attaque. Dans le cas du cobra cobra, a été conçu comme un hélicoptère purement d'attaque destiné à des missions d'escorte et d'appui aérien rapproché, pour lesquelles il devait disposer d'une maniabilité spectaculaire. Ceci, tout comme la nécessité d'une longue portée, était préjudiciable à l'effort de guerre. La principale raison de cette approche peut être attribuée directement à la doctrine américaine, dans la mesure où le fait d’opérer à l’étranger donne la priorité à la portée plutôt qu’à la capacité de transporter davantage d’armes.

 

Au lieu de cela, Mi-24 Hind (selon sa désignation OTAN) a été conçu comme un hélicoptère de combat capable de remplir la double fonction de transporter des troupes ou d'attaquer rapidement et avec la capacité de transporter plus d'armes que son homologue. En particulier, l'accent a été mis sur leurs capacités antichar, puisque selon la doctrine soviétique, ils devaient soutenir les unités blindées soviétiques de manière offensive ou défensive. De plus, en pouvant transporter jusqu'à 8 fantassins légèrement armés, il était également capable d'effectuer des raids aéroportés derrière les lignes ou les positions défensives ennemies ou de ramasser des blessés par exemple.


Photos : 1 Bell 360 Invictus@ Textron 2 Sikorsky Raider X @ LM 

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page