top of page

L’hélicoptère pour privé, HX50 !

Cette année nous devrions voir prendre l’air du premier prototype du HX50, un petit hélicoptère léger et racé destiné aux pilotes privés. L’appareil est une plateforme qui pourra être assemblée en kit. Retour sur cette prometteuse et ambitieuse machine, dont le premier vol est prévu pour le premier trimestre.

Le Hill HX50/HC50

Développé en Grande-Bretagne par la société Hill Helicopters du nom de son fondateur l’ingénieur Jason Hill, le prototype du HX50 est un hélicoptère léger monoturbine. Le projet a démarré en 2020 en vue de créer un aéronef abordable disposant d’un design futuriste avec des lignes très étirées, au style aérodynamique. L’entreprise a dévoilé deux prototypes du HX50 le 7 décembre dernier lors d'un événement à l'Imperial War Museum de Duxford, au Royaume-Uni. La version commerciale portera le nom de HC50.

 

"Nous avons fabriqué un véritable hélicoptère", a déclaré Jason Hill, fondateur et ingénieur en chef de l'entreprise, Avec le HX50, Hill Helicopters espère revigorer l'aviation générale (GA) et attirer de nouveaux pilotes potentiels en améliorant l'abordabilité et en réduisant les autres obstacles à la possession d'aéronefs. Hill vante par ailleurs son propre modèle GVTOL (décollage et atterrissage verticaux verts), affirmant que le moteurs développé en interne fonctionne avec du carburant d’aviation neutre en carbone. « La genèse du processus de conception s'appuie sur mes 20 années d'expérience dans le pilotage d'hélicoptères et la conduite de voitures haut de gamme. . . lorsque vous faites les deux régulièrement, la différence est flagrante et en tant qu'ingénieur expérimenté, il était clair pour moi que la principale raison n'était pas technique, mais le manque de réelle concurrence sur le marché », a déclaré Hill. « Personne n’a jamais été obligé de faire mieux et le statu quo existe donc sans contestation depuis de nombreuses années. »

Concept intérieur du HX50/HC50

Avec une suite avionique personnalisée, Hill Helicopters vise à offrir une interface utilisateur accueillante. Équipé de deux immenses écrans numériques, le nouveau concept de cockpit numérique de Hill Helicopters.  En fusionnant le confort ergonomique et l'instrumentation élégante d'une voiture de luxe avec les commandes de vol et la présentation des informations d'un avion, Hill Helicopters est parvenu à un cockpit entièrement repensé pour son hélicoptère cinq places. Hill se concentre particulièrement sur la satisfaction des exigences des missions de pilote d'hélicoptère selon les règles de vol à vue (VFR), en particulier les vols point à point et hors aéroport à une altitude relativement basse. Le cockpit est conçu pour fournir uniquement les informations dont un pilote a besoin, en cas de besoin et pour réduire la charge de travail du pilote. Le système n'est pas piloté par fil, mais opte plutôt pour la simplicité fonctionnelle du système de commandes de vol hydrauliques assisté par ordinateur.


Les fonctions de pilote automatique sont assurées par des actionneurs électriques parallèles intégrés aux commandes de vol pour fournir un retour aux pilotes via le cyclique et le collectif. Cela permet de communiquer l'état et les limites de la puissance au toucher plutôt que de regarder la jauge lors d'opérations dans des zones confinées ou pendant des phases critiques de vol. Le collectif est intégré à l’accoudoir et à une nouvelle interface pilote intégrée, favorisant le confort et un bon soutien du bras du pilote.


Les informations sont présentées aussi clairement que possible et les avertissements sont donnés d'une « manière émotionnellement sensible » qui suggère au pilote de prendre certaines mesures. Les obstacles tels que les câbles et autres trafics aériens sont affichés sur une vision synthétique superposée à une vidéo en temps réel de l'environnement sur les grands écrans numériques. L'interface utilisateur HDC a été conçue en collaboration avec Rightware et mise en œuvre avec le logiciel Kanzi de la société, la technologie graphique de pointe utilisée dans l'industrie automobile pour une visualisation avancée et des cas d'utilisation avant-gardistes dans le cockpit numérique moderne. Une interface de contrôle unique offre un flux de travail clair et simple dans le cockpit avec intégration de la navigation sur iPad.

La cabine équipée de luxueux sièges en cuir et de matériaux très haut de gamme sera personnalisable et dispose d’une ouverture large pour faciliter l’accès à l’appareil et un coffre à bagages généreux permettent à 5 personnes de voyager de façon confortable. D’autant plus, que deux vitres panoramiques partent du centre de l’appareil, jusqu’aux sièges passagers à l’arrière, afin que tout le monde puisse profiter du paysage.

 

Motorisation Hill GT50

Hill Helicopters affirme que son moteur GT50 de 500ch utilise des composants et une conception d’une turbine de pointe pour offrir une efficacité inégalée pour une turbine d'entrée de gamme. La motorisation offrira une vitesse de croisière de 140 nœuds et une autonomie maximale de 700 milles marins (1 296 kilomètres), selon à l'entreprise. Sa charge utile déclarée est de 1 760 livres (800 kilogrammes).


Contrairement à la plupart des aéronefs expérimentaux, le HX50 ne sera pas disponible en kit pour la construction domestique. Au lieu de cela, les clients devront assembler leur aéronefs dans le cadre d’un cours en usine de deux semaines « soigneusement chorégraphié » aux côtés d’ingénieurs agréés. Ensuite, plutôt que de les envoyer opérer de manière isolée, la société prévoit de rester en contact avec la communauté des propriétaires via une plate-forme d'exploitation basée sur le cloud qui comprendra des services de surveillance des données de vol, « afin que nous puissions fournir un certain degré de soutien » et la surveillance et le suivi de chacun des appareils. Cela peut également sembler extrêmement ambitieux, étant donné que les hélicoptères de construction amateur qui exigent que le propriétaire/exploitant construise au moins 51 % de l’aéronef ont toujours représenté une niche petite et sujette aux accidents. Mais pour Jason Hill qui a déjà travaillé sur des programmes d’hélicoptères chez GKN Westland (Leonardo), ne vise rien de moins que « réparer les maux d’une industrie en panne ». Particularité, selon Hill Helicopters, le HX50 ne nécessitera pas de révision de l’appareil ou du moteur sur 12 ans.

 

Concept spécifique pour les pilotes privés 

Moteur avec de grandes réserves de puissance quelle que soit la charge.

Cockpit numérique simple présentant clairement toutes les informations de vol.

Intégration transparente avec l'iPad et les applications de navigation.

Comme il est peu probable que les pilotes privés volent plus de 50 heures par an, l’ensemble de l’aéronefs a une durée de vie de 5’000 heures sous réserve.

Le Brexit comme catalyseur

Ce qui en a surpris plus d’un, lors de la présentation du HX50, concerne l’affirmation de Jason Hill concernant la certification. En effet, ce dernier assure que "le Brexit a été un véritable catalyseur car nous disposons désormais de nouveaux pouvoirs, de sorte que le Royaume-Uni pourra à nouveau certifier ses propres aéronefs", plutôt que de compter sur l'AESA, a-t-il expliqué. « La CAA du Royaume-Uni est une organisation beaucoup plus petite, plus agile, plus réactive et avec laquelle travailler est beaucoup, beaucoup, beaucoup moins cher. » Hill a souligné que son objectif en poursuivant l'approbation de type initiale du HX50 en tant qu'aéronef de construction amateur n'est pas de raccourcir les mesures de sécurité, mais plutôt d'accélérer l'introduction de technologies modernes améliorant la sécurité qui ont été dissuadées par le processus de certification partie 27 existant.

 

Carnet de commandes

Si l’appareil n’a pas encore effectué son vol inaugural, l’intérêt mondial est simplement énorme. Hill Helicopters revendique à ce jour 789 commandes pour le HX50 et 186 pour le HC50. La société propose le HC50 à un tarif de lancement réduit 625 000 £ avec une remise temporaire encore plus importante 575 000 £ pour les clients HX50. Au passage, on notera qu’il faudra au pilote une qualification « turbine », soit un coût non négligeable pour l’obtention, par rapport aux hélicoptères utilisant un moteur atmosphérique. Il semble que les clients « privés » sont des professionnels qui marquent ainsi un intérêt pour devenir propriétaire d’une machine personnel. Ceux-ci pourraient donc voler un peu plus les prévisions initiales de la société. Il n’en reste pas moins que la marge de maintenance, si elle se confirme lors de la certification, reste très large.

 

Photos : 1 HX50/HC50 & 3 Intérieur @ Hill Helicopters

 

 

 

911 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page