top of page

Entrée en service du drone Hermes 900 !

En janvier, l'Office fédéral de l'armement (armasuisse) a remis aux Forces aériennes les deux premiers des six drones de reconnaissance, ainsi que le matériel nécessaire à leur fonctionnement. L’autorité de l’aviation militaire a délivré la certification requise à cet effet. Les Forces aériennes peuvent ainsi débuter le développement des capacités opérationnelles du système de drones de reconnaissance Hermes 900 HFE (ADS 15.) La remise des drones restants est prévue d’ici fin 2023.

Rappel

C’est en juin 2014, que notre pays a choisi le drone Elbit Systems Hermes 900 pour remplacer le système de drones de reconnaissance ADS 95 Ranger (système israélo-suisse) engagé au sein de l’Armée suisse. Les deux modèles de drones, Héron 1 et Hermes 900 répondaient parfaitement au cahier des charges du DDPS, le choix s’est finalement porté sur l’Hermes 900, en effet, celui-ci est technologiquement doté de systèmes plus récents offrants de meilleures possibilités d’évolution.


Certifier pour l’espace aérien civil

Dès décembre 2022, l’Autorité de l’aviation militaire a délivré l’agrément de type pour la navigabilité du système de drones de reconnaissance (ADS 15). La certification fait suite à d’intensifs essais au sol et en vol avec les deux drones déjà livrés en Suisse. Ces tests ont permis d’examiner la navigabilité de l’ADS 15 en lien avec l’infrastructure suisse.


Les Forces aériennes peuvent développer les capacités opérationnelles

Le drone portant l’immatriculation D-11 et D-14 le matériel correspondant, tel que les stations de contrôle au sol, les capteurs et le matériel logistique et de formation, ont maintenant été remis aux Forces aériennes, qui peuvent ainsi débuter le développement des capacités opérationnelles sur le nouveau système et acquérir progressivement de l’expérience. Outre la pratique de vol, il s’agit ici de prestations de support et de logistique, ou encore de l’interoperabilité avec les autres systèmes de l’armée.

Livraison des drones restants d’ici fin 2023

Par ailleurs, le troisième drone (immatriculation D-16) en provenance d’Israël est arrivé en Suisse en octobre 2022. Depuis, il est soumis à différents tests et devrait également être remis aux Forces aériennes d’ici-là mi-2023. En parallèle, armasuisse, en collaboration avec le fournisseur Elbit, Systems examinera d’autres éléments du système et les validera pour leur transport en Suisse à l’issue des tests en Israël. Les trois drones restants devraient être livrés d’ici la fin 2023, tout comme deux autres stations de contrôle au sol, des capteurs et du matériel logistique. Après la réception du matériel, les Forces aériennes commenceront par introduire l’organisation professionnelle sur le système, de sorte qu’elle soit capable de déployer les drones de manière opérationnelle d’ici-là mi-2024. Les officiers de milice de l’escadrille de drones 7 suivront ensuite une formation professionnelle sur le système.


Le fabricant assume les retards

Du fait de retard pris par le projet, armasuisse a imposé des pénalités contractuelles au constructeur Elbit. Systems. Par ailleurs, il a été convenu de prestations supplémentaires au profit de la Suisse lors de négociations contractuelles, telles que la certification du système de dégivrage. On rappellera que trois éléments sont sources des 3 années de retard :

- La demande suisse d’équiper le drone d’un moteur pouvant fonctionner avec du carburant lourd. Cette particularité permet d’utiliser différents carburants en cas de conflit. En revanche il a fallu modifier le Design arrière du drone.

- Le système de dégivrage initial n’offrait pas toutes les garanties de sécurité lors de vol en haute montagne, Elbit Systems a été dans l’obligation de certifié un système plus adapté.

- La certification pour le vol autonome avec le système anticollision a demandé plus de travail pour la certification auprès des autorités de l’aviation civile internationale.


L’Hermes 900 HFE (Heavy Fuel Engine) « StarLiner »

L’Hermes 900 a été conçu comme un dérivé de la famille Hermès d’Elbit Systems, il a effectué son premier vol en décembre 2009. Il est un dérivé de la famille « Hermes » 450. Le « 900 » hérite de blocs de construction fiable, de l’équipement de soutien au sol, des charges utiles et des contrôles de mission au sol, tout en élargissant l’enveloppe de vol et de l’endurance à des niveaux supérieurs. Le décollage et l’atterrissage sont entièrement automatiques. L’UAS a été spécialement conçu pour le renseignement, la surveillance, l’acquisition et la reconnaissance d’objectifs (ISTAR), la sécurité intérieure, la patrouille maritime, la sécurité aux frontières et les enquêtes post-catastrophe. L’Hermes 900 « StarLiner » choisi par notre pays est également connu sous le nom de Hermes 900 (HFE) utilisant du carburant lourd. Il s’agit de la plus grande variante de la gamme « 900 » du système d’avion sans pilote (MALE) moyenne altitude et longue endurance développée par Elbit Systems.


Système anticollision

L’Hermes 900 « StarLiner » est conforme à l’exigence 4671 de l’Accord de normalisation de l’OTAN (STANAG) d’opérer dans l’espace aérien civil aux côtés des aéronefs pilotés. Il a effectué une série de vols certifiés par l’autorité israélienne de l’aviation civile au cours de la période 2017-2018 et a été déployé en juillet 2018. Il est le premier drone doté d’un système unique au monde de type anticollision « Sens & Avoid ». Le drone doit en effet pouvoir être engagé dans tous les espaces aériens sans être escorté par un aéronef avec pilote. Si certains systèmes existent déjà en termes de protection d’abordage, ce nouveau système permet une totale identification des éventuelles menaces volantes. Le nouveau système qui équipe le drone Hermes 900 « StarLiner » permet grâce à des capteurs radars et électro-optique de repérer à 360° tous les aéronefs en rapprochement.

Hermes 900 « StarLiner » design et caractéristiques

L’avion sans pilote Hermes 900 « StarLiner » a une envergure de 17 mètres et une masse maximale au décollage de 1’600 kg. La capacité de décollage et d’atterrissage automatiques (ATOL) de l’avion lui permet de décoller et d’atterrir dans des environnements de visibilité proche de zéro. Un système de dégivrage actif est installé pour éliminer la glace sur les surfaces afin d’assurer un fonctionnement sûr dans des conditions de givrage. Le drone a une capacité d’éclairage directe et indirecte de cible et peut effectuer des missions, selon les règles de vol aux instruments (IFR) dans toutes les conditions météorologiques.

Le drone Hermes 900 « StarLiner » peut transporter une gamme de charges utiles multi-capteurs pesant jusqu’à 450 kg pour de multiples applications. Il est compatible avec les charges utiles électro-optiques multispectrales (EO) telles que SPECTRO XR, Wescam MX15/20, la vidéosurveillance aéroportée persistante à grande échelle SkEye (WAPS), le système d’imagerie aéroportée MIST-G et le marqueur laser.

Le système SPECTRO XR (ISTAR) est installé sous le cône de nez pour fournir des capacités de surveillance, de contrôle des tirs et de ciblage. Le SkEye WAPS monté sur le ventre est utilisé à des fins de collecte de renseignements, d’observation et de surveillance.

Les capteurs d’imagerie embarqués capturent des images / vidéos en temps réel et assurent une surveillance persistante sur une large zone de jour comme de nuit.

Il dispose d’un plafond pratique de 30’000 pieds et offre une autonomie de vol allant jusqu’à 36 heures. Le véhicule aérien Hermes 900 « StarLiner » est équipé d’un système d’avertissement et d’évitement de terrain (TAWS) pour la prédiction et l’évitement des obstacles. Un système coopératif et non coopératif de détection et d’évitement (D&A) avec des capteurs radar air-air est installé pour détecter les aéronefs coopératifs et non coopératifs.

Une liaison de données redondante avec une large bande passante est installée sur le cône avant de l’avion pour fournir des communications en visibilité directe (LOS) et au-delà des communications en visibilité directe (BLOS).

Il peut être doté d’un radar à synthèse d’ouverture (SAR), d’un radar à indicateur de déplacement du sol (GMTI) et d’un radar de patrouille maritime pour détecter, localiser et acquérir des cibles. Il peut également transporter des charges utiles de guerre électronique pour fournir une capacité d’attaque électronique aéroportée.


Station de contrôle au sol

Le véhicule aérien est exploité par deux membres d’équipage, dont un pilote et un opérateur de charge utile au sein du poste de commande au sol (GCS), qui comprend un cockpit avec écrans EFIS couleurs, deux consoles informatiques identiques, un écran de caméra vidéo et un affichage de carte mobile. L’opérateur contrôle et communique vers l’aéronef via une liaison de données sécurisée. Le drone peut être contrôlé depuis une station fixe à Emmen ou depuis une station mobile dans le terrain.

L’avionique est innovante, ainsi que ses systèmes électroniques, il dispose d’un moteur ROTAX à faible bruit. Le modèle HFE offre une plus une grande vitesse ainsi qu’un taux de montée amélioré. Le train d’atterrissage est escamotable. L’Hermes 900 « StarLiner » bénéficie de la logistique et de la réduction des coûts opérationnels acquis avec les modèles précédents. En outre, il peut décoller de terrains peu aménagés à proximité du théâtre d’opération. L’Hermes 900 n’emporte pas d’armement.


Utilisateurs de la famille Hermes 900

Israël, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Mexique et la Suisse. En 2018, l’Union Européenne pour la surveillance maritime et le Canada.

Photos :1 & 2 Hermes 900 @ DDPS 3 & 4 Présentation de l’Hermes 900 « Starliner » à Emmen @ P.Kümmerling


Comments


bottom of page