top of page

AWACS de l’Otan, Saab se positionne !


Dans le cadre du remplacement de la flotte d’avion de détection et de commandement avancé Boeing E-3 « Sentry » de l’Otan, l’avionneur suédois Saab à a répondu à une demande d’informations (RFI). L’offre comprend le soutien et l’acquisition concernant la nouvelle génération d’avion d’alerte avancée. L'OTAN doit définir sa future capacité de détection avancée au travers du projet Alliance Future Surveillance and Control (AFSC).

La réponse

L’avionneur suédois s’est ainsi positionné avec son nouvel outil, le GlobalEye. Pour l’avionneur les forces alliées bénéficieront de l’avantage capacitaire apporté par GlobalEye au profit d’opérations conjointes dynamiques. Le GlobalEye est une solution multi-domaine d'alerte précoce et de contrôle aéroportés (AEW&C) avec une gamme de capteurs actifs et passifs qui permettent la détection et l'identification à longue portée d'objets dans l'air, en mer et sur terre. En fournissant des informations en temps réel aux unités des forces aériennes, des armées et des marines. Le GlobalEye permet une meilleure connaissance de la situation des zones environnantes et une détection précoce des menaces. Il peut également être utilisé pour des tâches non militaires telles que la direction et la coordination de missions de sauvetage lors de catastrophes naturelles ou d'accidents plus importants en mer ou sur terre. Garantir l'intégrité et la sécurité territoriales nationales et internationales dans les environnements de menace complexes et changeants d'aujourd'hui est devenu de plus en plus difficile.


Le Saab GlobalEye

Basé sur la famille d'avions Global 6000/6500 de Bombardier, le GlobalEye combine le radar Erieye Extended Range de Saab avec une combinaison avancée de capteurs et un système de commande et de contrôle (C2) multi-domaines.

Le radar Erieye Extended Range (ER) du GlobalEye est un radar de surveillance aéroporté à longue portée de nouvelle génération, assurant une surveillance simultanée de l'air, de la mer et de la terre. C'est le résultat du développement continu par Saab du concept Erieye, augmentant la portée de détection de 70 % contre des cibles aériennes « furtives » peu observables. Détecter des cibles aériennes peu observables à longue distance n'est pas facile. Cela nécessite un gros radar, une grosse antenne à haute puissance. Erieye ER est basé sur la technologie GaN pour permettre la haute puissance nécessaire. Le radar Erieye ER est construit sur des capteurs AESA multicanaux où la direction de balayage est dirigée électroniquement et permet également une puissance de sortie plus élevée pour augmenter les performances de portée. La surveillance aérienne à longue portée possède de manière unique la vitesse, la portée et la flexibilité nécessaires pour fournir ces informations dans les airs, sur mer et sur terre.

L'énorme quantité de données gérées par le GlobalEye doit être traitée rapidement et efficacement pour permettre une identification instantanée des modèles et des déviations susceptibles d'affecter le cours des événements. La fonctionnalité d'intelligence artificielle (IA) et l'apprentissage automatique permettent une analyse puissante des données en temps réel et constituent un complément solide à l'intelligence intégrée au système de commande et de contrôle.

Adapté sur le Jet d'affaires à très long rayon d'action Global 6000/6500, le système GlobalEye permet une autonomie jusqu’à 11 heures de vol avec une portée de plus de 550km.

Le GlobalEye a été commandé par les EAU et la Suède.


Le E-7 de Boeing en embuscade

De son côté l'US Air Force (USAF) a choisi l'avion d'alerte avancée et de contrôle aéroporté E-7 (AEW&C) de Boeing en octobre 2021 pour remplacer l'avion du système aéroporté d'alerte et de contrôle E-3 Sentry (AWACS). La décision verra une partie de la flotte E-3 être remplacée par l'E-7 « Wedgetail ». L'USAF devrait attribuer le contrat durant l’année.

Le budget (PB23) de l'exercice 23 prévoit la cession de 15 appareils de la flotte E-3 AWACS, qui comprend un total de 31 appareils. Il redirigera environ 227 millions de dollars de financement de PB FY23 pour la recherche, le développement, les tests et l'évaluation de l'avion. Les fonds soutiendront en outre l'achat d'un prototype rapide d'avion E-7, dont la livraison est prévue au cours de l'exercice 27.

Basé sur un Boeing B737 de nouvelle génération, le radar de l'E-7 AEW&C offre une capacité de surveillance complète à 360 degrés avec un accent sectoriel et d'autres techniques pour s'adapter dynamiquement aux situations tactiques émergentes. L'accent mis sur le secteur étend la portée de détection sans qu'il soit nécessaire de voler plus près des situations de menace.

Entièrement interopérable, le E-7 AEW&C amène la gestion de combat à la limite tactique de l'espace de combat. La capacité de traitement de mission fournit des analyses en temps réel pour le ciblage et traite les données critiques à toutes les phases de l'engagement des menaces avec peu ou pas de latence. Les paillettes et les fusées éclairantes programmables fonctionnent comme une contre-mesure défensive contre les menaces, augmentant la capacité de survie de l'avion. Opérant avec succès dans le monde entier depuis plus d'une décennie, le E-7 AEW&C est une plate-forme mature et éprouvée au combat, en production et disponible en cas de besoin. En moyenne, les opérateurs AEW&C actuels connaissent des taux de disponibilité opérationnelle plus élevés qui leur permettent de passer plus de temps dans le ciel. Par rapport à l'E-3 AWACS, les coûts d'exploitation globaux sont estimés à 66 % de moins, et comme l'E-7 AEW&C a plus de capacité opérationnelle, moins de jets et de main-d'œuvre sont nécessaires pour fournir cette capacité accrue.

Le futur espace de combat sera plus complexe, dynamique et non conventionnel. Pour pouvoir vaincre les menaces avancées et accomplir des missions, la capacité d'architecture des systèmes de mission ouverts (OMS) de l'E-7 AEW&C est essentielle. Lors des essais au sol et en vol de 2020, Boeing a associé le système de commande et de contrôle de gestion de combat (BMC2) conforme à l'OMS au réseau à balayage électronique actif à large bande (AESA) avancé de Northrop Grumman.

L’E-7 « Wedgetail » a été commandé choisi par la Turquie, l’Australie, l’Angleterre et la Corée du Sud.


Un combat inégal ?

Dans le cadre du projet Alliance Future Surveillance and Control (AFSC) de l’Otan, le combat devrait donc opposer le GlobalEye au E-7. Ce dernier a déjà pris un certain avantage avec comme client l’US Air Force et d’autres pays membres de l’Otan ou Alliés. Cependant l’entrée de la Suède dans l’Alliance du Traité Atlantique pourrait lui ouvrir des portes. En effet, si l’Otan opte pour le « Wedgetail », certains membres pourraient lui préférer le GlobalEye plus discret et moins coûteux. L’avionneur suédois a parfaitement raison de se positionner en offrant une excellente alternative qui peut s’intégrer dans une architecture de détection articulée autour de ces deux appareils. De plus, l’arrivée massive du F-35 particulièrement performant dans le ciel européen pourrait en partie redistribuer les cartes de la détection avancée.


Photos : 1 GlobalEye @ Saab 2 E-7 @ Boeing









Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page