top of page

Vol inaugural pour le 3 ème prototype du KF-21 !

Le programme d’avion de combat KF-21 « Boromae » de l’avionneur coréen KAI Aerospace continue de se dérouler normalement. Le troisième prototype a pris son envol jeudi de cette semaine avec succès.


Premier vol

Ce jeu di 5 janvier le prototype n°3 du KF-21 s’est envolé à 13H01 et s’est posé quelques minutes plus tard à 13H38. L’avion était aux mains du pilote d’essais le lieutenant-colonel Lee Jin-Wook. L’avion va ainsi rejoindre la cellule d’essais en vol et permettre d’avancer dans les tests prévis en vue de la certification.


La suite du programme

Au total 6 prototypes volants (quatre monoplaces et deux biplaces) ainsi que deux cellules d'essai au sol sont prévus. Le centre d’essais de KAI a mentionné que près de trois sorties sont ont lieu quotidiennement. Il est prévu d’effectuer plus de 2'200 vols pour atteindre la certification. L’une des prochaines grandes étapes sera un vol supersonique qui est programmé prochainement.


Korea Aerospace Industries poursuivra la campagne d'essais en vol avec les trois prototypes déjà en vol. D'ici la mi-année, les prototypes n° 4 et n° 5 devraient également décoller pour la première fois encore cette année. Le troisième prototype est destiné à mesurer la robustesse de la structure du fuselage lors d'accélérations et de manœuvres violentes générant des valeurs de charge G élevées.

Selon l’avionneur KAI, 95% des tests au sol pré-vol ont été effectués à ce jour.


L’Indonésie revient dans le programme

L’autre bonne nouvelle du programme « Boromae » vient de l’Indonésie. Le pays avait momentanément stoppé sa participation financière au programme. En cause des difficultés en matière de finance. Ces dernières avaient jeté une ombre sur le partenariat entre Séoul et Djakarta. En fin d’année l'Indonésie a relancé ses paiements à la Corée du Sud en vue de sa participation au programme de développement du KF-21 « Boramae, ». Djarkarta aurait ainsi payé en novembre dernier la somme 6,63 millions de dollars. L'administration sud-coréenne du programme d'acquisition de la défense (DAPA) a déclaré qu'en vertu de cet accord, l'Indonésie s'engagerait à nouveau à financer 20 % des coûts de développement du KF-21 jusqu'en 2026, environ 30 % de cette contribution devant être payée « en nature », c'est-à-dire des produits de base et autres marchandises. Les détails sur les remboursements au-delà de 2026 n'ont pas été divulgués. La structure initiale a été convenue par la Corée du Sud et l'Indonésie en 2015. Dans le cadre de cet accord, les deux pays ont convenu d'investir conjointement 6,2 milliards de dollars pour développer le KF-21, l'Indonésie payant 20 % des coûts de développement en retour pour accéder aux technologies, à l'expertise et aux options d'achat de l'avion.


Un projet ambitieux

Le KF-21 « Boromae » est le projet aérospatial le plus ambitieux jamais lancé dans le pays. La Force aérienne prévoit d’en acquérir au moins 120 appareils pour venir remplacer les vieux F-4 « Phantom II » et F-5 E/F « Tiger II » encore en service. L'entrée en service est prévue à partir de 2026 et venir épauler les F-35 et autres F-15 et F-16 modernisés avant de remplacer également ce dernier grâce à des tranches additionnelles.


KAI KF-21 « Boromae »

Le KF-21 est considéré comme un avion de 4,5 ème génération, mais avec des propriétés (capteurs, guerre en réseau) proche du F-35, cependant en moins furtif. La production de masse du KF-21 Block I commencera lorsque six prototypes auront effectué environs 2’200 sorties au cours des quatre prochaines années. Près de 8 milliards de dollars doivent être dépensés pour le développement du KF-21 entre 2015 et 2028 dans le cadre du projet KF-X.

Environ 65% des composants du KF-21 sont en production localement. Parmi les composants construits par les développeurs sud-coréens figurent le radar matriciel actif à balayage électronique (AESA), la suite de guerre électronique, le module de recherche et de suivi infrarouge (IRST) et le module de ciblage électro-optique.

Le radar du KF-21 de type AESA produit par Hanwha Systems, dispose d'un module d'environ 1’088 récepteurs émetteurs, avec un angle de direction du faisceau de 60 à 70 degrés. Le nombre d'émetteurs-récepteurs devrait finalement augmenter à environ 1'300 dans la version finale.

Avec une masse maximale au décollage de 25’600 kilogrammes, l'avion dispose de 10 points d’accrochage pour les missiles air-air et autres armements. Contrairement aux premières spécifications l’avion volera à Mach 1,8 avec une distance de croisière de 2’900 kilomètres. Il est propulsé par deux moteurs General Electric F414.



Photos : 1 & 3 Prototype n°3 2 le prototype n° 4 soit un biplace en préparation @ KAI Aerospace






1 759 vues

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page