top of page

Première livraison de Su-35S pour Moscou !

La société United Aircraft Corporation (UAC) en Russie a livré le premier lot de nouveaux chasseurs multirôles Su-35S au ministère de la Défense russe (en particulier au VKS). Il s’agit du premier lot de Su-35S de nouvelle construction livrés en 2024. Comme toujours avec ce type de livraison en Russie, le nombre d'avions n’est pas précisé, il semble que deux aéronefs sont concernés.


Su-35S en livraison @ UAC


Production accélérée

United Aviation Corporation (UAC) en collaboration avec l'entreprise d'État Rostec, confirment sur leurs sites qu’au moins deux avions de combat Su-35S « Flanker-E ont quitté le site de production de l’entreprise KnAAZ pour rejoindre leur nouvelle base d'origine. Une annonce officielle de Rostec a déclaré que la livraison de ces deux avions Su-35S, étaient   des "plateformes de transition vers les systèmes d'aviation de cinquième génération". Cette livraison suit de près celle de Su-34 « Fullback » (avianews du 6 avril 24).


Selon la base du plan établi par l'ordonnance de l'État, l'UAC doit fournir des avions Su-35 à la Russie jusqu'en 2028. Bien qu'il y ait un potentiel de prolongations, ainsi qu'une éventuelle augmentation de la quantité de commande, cela reste une spéculation non confirmée. En 2023, l'aviation russe a été considérablement renforcée par l'arrivée de trois expéditions consécutives de Su-35S. La succession rapide des premier et deuxième lots s'est démarquée. Selon les dossiers publics, un total de 151 Sukhoi Su-35S ont été fabriqués par l’UAC à ce jour. Cela s’explique par le fait d’une augmentation de la production du Su-35S, en particulier à la suite du lancement "opération militaire spéciale" de la Russie en Ukraine.  

Depuis le début de l'invasion russe en Ukraine en février 2022, l’augmentation de la production est passée de 15 à 19 dans un premier temps, puis  en octobre, ce chiffre avait grimpé en flèche pour avoir atteint un total de 30 avions prêts au combat. Cette tendance à la hausse ne s'est pas arrêtée en 2023. Des preuves provenant d'images satellites, prises en septembre, ont révélé une flotte de 31 Su-35 stationnés à l'usine de fabrication. L'instantané le plus récent, pris en octobre 2023, présentait 29 avions tous préparés et prêts à être livrés. (Sources, SpaceKnow via IMINT).


« Au cours des dernières années, nous avons continuellement modernisé l'usine de Komsomol, ce qui nous a permis de produire des avions Su-35S à un niveau technologique incroyablement élevé. Nos mises à niveau comprennent une ligne de production, des machines russes modernes et une installation d'essai de pointe. Grâce à des investissements importants de l'État dans le développement des usines, nous avons été en mesure d'aligner rapidement notre production sur les besoins croissants de VKS », a déclaré Yury Slyusar, directeur général de l'UAC et vice-président de SoyuzMash of Russia LLC, lors de la livraison des avions hier.

Slyusar laisse entendre que l'utilisation croissante de la capacité de production pose un défi à KnAAZ, car elle exige l'amélioration des compétences des employés actuels et le recrutement de nouveau personnel dans les principaux domaines clés de l'ingénierie. La société prévoit d'augmenter son équipe de fabrication avec 800 employés supplémentaires d'ici la fin de 2024.


Fort intérêt pour le Su-35S

Depuis le début des hostilités jusqu'à aujourd'hui, la Fédération de Russie a effectivement capitalisé sur les capacités du Su-35S. Bien que cet avion soit une génération 4++ et considéré comme un pont pour un chasseur de cinquième génération, il ne s'est pas avéré invincible sur le territoire aérien ukrainien. Il existe des preuves substantielles, confirmées du point de vue ukrainien et russe, qui illustrent les succès de la défense aérienne de l'Ukraine dans l'abattre plusieurs Su-35S.

Pour autant, les rapports indiquent que le Su-35S est sorti victorieux dans au moins sept confrontations aériennes avec des avions de combat ukrainiens.


Su-35S @ RUaF


Sukhoi Su-35S « Flanker-E »

Le Su-35S « Flanker-E » est un appareil de la génération 4++. La cellule du Su-35S a largement profité de l'utilisation de matériaux composites, L’aérofrein dorsal, présent sur les versions antérieures du Su-27, a été supprimé, les volets des empennages verticaux assurant désormais cette fonction en se braquant tous les deux vers l'intérieur. Les commandes de vol de l'appareil sont totalement électriques. Les capacités d'emport en carburant et en charge offensive sont améliorées, comparativement à ses prédécesseurs, grâce au renfort de la cellule, des trains d'atterrissage et de deux points d'emport supplémentaires. La furtivité de l'appareil est aussi légèrement améliorée pour certains angles d'évolution. . Une perche de ravitaillement en vol se situe sur le côté gauche du cockpit. Le pilote, assis sur un siège éjectable KD-36M incliné à 30° de type « zéro-zéro », peut visualiser les informations nécessaires sur quatre écrans MFI avec affichage multifonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels, soit deux LCD MFI-35, un LCD latéral MFPI-35M, un LCD de secours monocrome.

Le Su-35 est équipé du système HOTAS, mais conserve un manche central (entre les jambes du pilote). Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radars progressives avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose d’un viseur de casque Sura-M.


Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N035 PESA avec système IRST OLS-35 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant l’antenne est montée sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électrohydrauliques tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes jusqu’à une portée maximale estimée à 400 km. Pour sa protection l’avion est doté du détecteur d’alerte radar de type L150-35 de TsKBA à Omsk doté de six antennes couplées au système d’alerte d’approche missile (MAWS) soit des capteur SOAR couvrant les 360° de l’avion complètent le système de détection. De plus l’avion est doté de deux capteurs « SOLO » qui détectent les télémètres lasers. L’autoprotection reprend l’architecture du système L-265M10-01 « Khibiny-M » avec leurres thermiques UV-50M.

La durée de vie de la cellule est de 6’000 heures de vol, soit un cycle de vie de 30 années d'exploitation.

Les capacités offensives du Su-35S se composent d'un canon Griazev-Chipounov GCh-30-1 de 30 mm, approvisionné de 150 coups et de 12 points d'emport permettant d’équiper un large éventail de munitions : missiles air-air R-27, RVV-AE, R73 ainsi que bombes lisses et guidées, roquettes, nacelles de guerre électronique, réservoirs supplémentaires, missiles de croisière.


Posts récents

Voir tout

Opmerkingen


bottom of page