top of page

Les EAU investissent dans le KF-21 !

La nouvelle est importante, les Émirats arabes unis (EAU)) ont officiellement annoncé leur participation financière au programme d’avion de combat KF-21 « Boramae » au gouvernement sud-coréen. Une décision qui aura des conséquences particulièrement positives pour ce programme et l’image montante de la Corée du Sud en tant que fournisseur de matériels militaires.

Partenariat stratégique

Cette annonce constitue une étape importante en vue d’un partenariat stratégique spécial au plus haut niveau entre les la Corée du Sud et les EAU. En effet, les EAU ont signés un accord d’investissement d’une valeur de 30 milliards de dollars dans les secteurs coréens, notamment l'énergie nucléaire, l'énergie, l'hydrogène et la défense. En concerne l’avion de combat KF-21, les EAU vont ainsi venir couvrir la contribution non réglée de l'Indonésie, réglant potentiellement la controverse de près de 1 000 milliards de wons. Ce geste marque un moment charnière dans la promotion de la coopération trilatérale entre la Corée, l'Indonésie et les Émirats arabes unis, bien qu'il entraîne son lot de complexités, notamment l’approbations d’exportation et coordination entre les pays. Le Comité économique de Tawajun est à la tête des acquisitions de l'industrie de défense des Émirats arabes unis et a envoyé une proposition au Bureau de la sécurité nationale coréen pour une collaboration sur le projet KF-21. Bien que les détails restent secrets, l'attente grandit en vue de la visite du président des Émirats arabes unis, Mohammed ben Zayed Al Nahyan, en Corée en octobre, qui pourrait sceller le partenariat et décrire les détails de l'investissement.


Les Émirats arabes unis s’orientent maintenant vers l’augmentation des capacités de combat de leur force aérienne. Avec cette décision, les Émirats arabes unis font désormais partie du programme de chasseurs KF-21 « Boramae » de la Corée du Sud en tat qu’investisseur d’une part et futur client dans un avenir proche. De plus, l’Emirat travaille de son côté en vue de permettre à son industrie de pénétrer le secteur aéronautique avec l’opportunité de fabriquer des éléments de l’avion sous licences.

Abu Dhabi est déjà familière de la technologie militaire sud-coréenne. Ces dernières années, les Émirats arabes unis ont acquis des armes coréennes avancées telles que l'intercepteur M-SAM Block-II et le Chunmoo. De plus, Séoul et Abu Dhabi travaillent actuellement sur des projets communs. C'est cette bonne relation qui explique en partie pourquoi Séoul a accepté d'accepter Abou Dhabi dans le programme KF-21.


L’intérêt des EAU

L'acquisition d'un avion de combat de nouvelle génération en parallèle à des investissements renforcerait les capacités militaires des Émirats arabes unis et leur permettrait de répondre efficacement aux divers défis de sécurité dans la région. Les fonctionnalités avancées de l'avion de combat, telles que les capacités furtives, l'avionique avancée et la puissance de feu supérieure, fourniraient aux Émirats arabes unis un avantage significatif dans les situations de combat aérien. Compte tenu de la nature en constante évolution de la guerre, les Émirats arabes unis doivent garder une longueur d’avance en termes de technologie militaire pour dissuader les menaces potentielles et protéger leurs intérêts.

KF-21 gagne en popularité

Avec l’Indonésie comme partenaire engagé, les EAU en tant que nouveaux contributeurs, la Pologne a également exprimé son profond intérêt, soulignant l'attention mondiale et les collaborations potentielles que le projet pourrait favoriser dans un avenir proche. Pour fortifier le flanc oriental de l'OTAN, la Pologne a augmenté de manière proactive ses dépenses de défense, y consacrant quatre pour cent de son PIB. Cette démarche stratégique implique en outre l’acquisition de deux escadrons supplémentaires d’avions de combat multirôles. Soulignant le spectre mondial de cette entreprise, les prétendants à cet accord imminent proviennent principalement des États-Unis et de la Corée du Sud, en particulier les modèles F-35 et F-15EX du premier, et le KF-21 « Boramae » de la seconde.


Le KF-21 « Boromae »

Le projet KF-21, anciennement connu sous le nom de KF-X, qui visait à fabriquer un avion de chasse avec des capacités supérieures à celles d'un chasseur KF-16, a été lancé en mars 2001 par feu le président Kim Dae-jung.

Le KF-21 est considéré comme un avion de 4,5 ème génération, mais avec des propriétés (capteurs, guerre en réseau) proche du F-35, cependant en moins furtif. La production de masse du KF-21 Block I commencera lorsque six prototypes auront effectué environs 2’200 sorties au cours des quatre prochaines années. Près de 8 milliards de dollars doivent être dépensés pour le développement du KF-21 entre 2015 et 2028 dans le cadre du projet KF-X. Environ 65% des composants du KF-21 sont en production localement. Parmi les composants construits par les développeurs sud-coréens figurent le radar matriciel actif à balayage électronique (AESA), la suite de guerre électronique, le module de recherche et de suivi infrarouge (IRST) et le module de ciblage électro-optique.

Le radar du KF-21 de type AESA produit par Hanwha Systems, dispose d'un module d'environ 1’088 récepteurs émetteurs, avec un angle de direction du faisceau de 60 à 70 degrés. Le nombre d'émetteurs-récepteurs devrait finalement augmenter à environ 1'300 dans la version finale.

Avec une masse maximale au décollage de 25’600 kilogrammes, l'avion dispose de 10 points d’accrochage pour les missiles air-air et autres armements. Contrairement aux premières spécifications l’avion volera à Mach 1,8 avec une distance de croisière de 2’900 kilomètres. Il est propulsé par deux moteurs General Electric F414.


La Corée du Sud, un géant de la défense

Séoul pourrait devenir l’un des plus grands fournisseurs d’équipement militaire à l’avenir. En quelques années le pays est devenu un acteur en matière de systèmes d’armes, obusiers blindés K9, chars de combat K2, lance-roquettes multiples Chunmoo, navire de combat, hélicoptères, avions écoles, création du jet FA-50 et maintenant le KF-21, le tout avec des gains importants sur de nombreux marchés. Cette montée en puissance a été directement menée en parallèle avec le développement de l’industrie du pays juste après la fin de la guerre de Corée. L’un des acteurs clefs a été la société Korea Explosives, qui voulait réussir à fabriquer sa propre dynamite pour aider aux grands travaux de reconstruction du pays ravagé par le conflit. La Corée du Sud devint ainsi la seconde nation d'Asie, après le Japon, à réussir la production stratégique de nitroglycérine. Rebaptisé Hanwha, le groupe s'est progressivement développé dans le secteur de la pétrochimie et de la finance avant de devenir, à la suite de plusieurs acquisitions, un acteur complet de la défense. En comparaison à l’Occident qui régulièrement réduit ses capacités militaires à la fin de chaque conflit et pour donner suite à l’effondrement du Mur de Berlin, Séoul a toujours maintenu ses engagements en termes d’investissement militaire.

Photos : 1 & 3 KF-21 Boromae 2 L’intérêt pour le KF-21 de la Pologne @ KAI Aerospace

2 246 vues

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page