top of page

EBACE sans Gulfstream ni Bombardier !

Les 28 au 30 mai prochain se tiendra, le Salon EBACE de Genève, soit l’évènement incontournable de l’aviation d’affaires. Toujours très attendu, le Salon EBACE ne verra pas les deux grands avionneurs du secteur que sont Gulfstream et Bomdardier. En effet, ces derniers ont décidé de ne pas se déplacer en Europe cette année.

Salon EBACE @ EBACE Press


Un vide pas facile à combler

Les deux avionneurs Gulfstream et Bombardier ont renoncé à venir à l’édition 2024 d’EBACE, avec un raisonnement assez similaire. Bombardier explique vouloir explorer divers concepts de marketing régional dans le cadre de son plan d'affaires plus large. Le constructeur canadien des lignes d'avions d'affaires Global et Challenger a également souligné qu'il continuera à soutenir l'excellent travail de l'EBAA et de la NBAA dans des domaines clés, notamment la sécurité, la durabilité, l'innovation, la défense des droits, le développement de la main-d'œuvre et d'autres priorités et a déclaré qu'il continuer à collaborer avec les organisations dans le cadre d’une grande variété d’activités tout au long de l’année.

De son côté, Gulfstream semble vouloir à l’avenir sélectionner les événements sur des marchés qui correspondent à ses objectifs commerciaux. On remarquera que l’avionneur avait déjà renoncé à se présenter à l'exposition NBAA-BACE en octobre dernier.

 

Ces deux défections vont avoir un impact sur le salon,  qui prévoit de son côté de présenter en première mondiale le premier véhicule eVTOL en exposition statique, de VoltAero. De plus, l'édition EBACE 2024 continuera de se concentrer sur l’avenir des développements  que représente l'hydrogène et l’électrification de l’aviation.

 

Il sera intéressant de voir comment les concurrents vont réagir face à ces deux places laissées vides. Dassault Aviation pourrait bien profiter de la situation avec les Falcon 6X et 8X, tout en préparant le terrain de son futur « navire amiral «  le Falcon 10X auprès des clients potentiels du secteur.

De son côté le brésilien Embraer, pourrait tirer son épingle du jeu, sans oublier Textron et sa famille de Citation jets.

L’avionneur Suisse, bien que jouant dans une gamme plus « petite » pourrait profiter d’un statique plus réduit pour attirer davantage l’œil de nouveaux clients avec la nouvelle version de « Super Versatile Jet » PC-24 qui offre plusieurs améliorations cette année.

 

L’importance de l’aviation d’affaires pour les biocarburants SAF

L’aviation d’affaires est prise pour cible par les écologistes qui dénoncent des vols avec peu de passagers et donc très polluant. Or, il faut se rendre compte qu’à l’heure actuelle le coût des biocarburants est supérieur au kérosène fossile. Cette différence représente un frein important pour les compagnies aériennes. D

Par ailleurs, les biocarburants ne sont pas assez produits pour couvrir la totalité des besoins de l’industrie de l’aviation. Pour assurer la transition énergétique au sein de l’aviation, il est impératif de produire plus de SAF, ce qui engendrera également une diminution des coûts.

 

Et c’est là que l’aviation d’affaires joue un rôle prépondérant. En effet, la différence de prix est moindre et surtout moins impactante dans le secteur de l’aviation d’affaires. Voler dans un jet d’affaires avec du biocarburant est devenu commun et même une priorité. Nous assistons à une très forte demande depuis quelques années. Les avionneurs ont dû s’adapter et doivent maintenant offrir à la clientèle, des familles d'avions pouvant emporter du biocarburant, ceux-ci adaptent maintenant les avions plus anciens pour ce type de carburant. De fait, l’aviation d’affaires est en passe de devenir le fer de lance du secteur.

 

Encore mal connu

Les biocarburants ou SAF (Sustainable Aviation Fuels) sont une alternative durable à l’utilisation de kérosène dans les avions. Ils sont créés avec des matières organiques, non fossiles, souvent végétales, de compost issus par exemple de déchets agricoles, mais encore de végétaux tels que du tournesol mais aussi de résidus ménagers. Depuis peu avec de l’absorption de C02 capté dans l’air, une solution développée à l’EPZ et produite par l’entreprise Synhelion, qui  utilise la chaleur solaire pour convertir le CO2 en carburants solaires. Une solution qui combine des systèmes de tours solaires de pointe avec des procédés thermochimiques à haute température exclusifs.

 

Afin d'atteindre le  « Zero Emission » C02 d’ici 2050, la neutralité carbone va passer notamment par l’utilisation des biocarburants. A ce jour, l’utilisation de biocarburants peut se faire en le couplant avec 50% de kérosène classique. Cependant les moteurs d’avions sont usinés afin de pouvoir recevoir à 100% des biocarburants. Avec l’utilisation de biocarburants l’aviation atteindra une réduction importante de près de 80% des émissions de C02.

 

Sécurité renforcée

Un autre domaine qui diffèrera cette année concerne la sécurité. L’édition d’EBACE 2023 avait été entachée lorsqu’une centaine d’éco-manifestants ont franchi une clôture de sécurité et ont envahi l’exposition statique. Pour les organisateurs, la sécurité de l’édition 24 est une priorité absolue.

 

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page