top of page

U-2, l’avionique modernisée !

Lockheed Martin Skunk Works, en partenariat avec l'US Air Force, a réalisé le premier vol du programme Avionics Tech Refresh (ATR) de célèbre avion espion U-2 « Dragon Lady ».

Le premier vol réussi a permis de tester les nouvelles capacités avancées à bord de l'U-2 dans le cadre du contrat ATR.

Le programme ATR avec Kubernetes

Commandé en 2020 pour un montant de 50 millions de dollars, le programme ATR doit permettre la mise à jour de avionique en ce qui concerne les communications, la navigation, l’affichage. De plus un nouvel ordinateur de mission conçu selon la norme des systèmes de mission ouverts (OMS) de l'US Air Force permet à l'U-2 de s'intégrer à des systèmes dans les domaines aérien, spatial, maritime, terrestre et cybernétique à des niveaux de sécurité. De nouveaux écrans modernes dans le cockpit sont installés pour faciliter les tâches du pilote, tout en améliorant la présentation des données collectées par l'avion pour permettre des décisions plus rapides et mieux informées.


Le premier vol de l'ATR marque une étape importante dans les efforts de modernisation de l'U-2 et dans son cheminement pour devenir la première flotte entièrement conforme à l'OMS. Des tests supplémentaires permettront de consolider une base logicielle mature avant l'introduction des systèmes de mission afin de garantir à la fois la fonctionnalité et l'interopérabilité pour répondre aux besoins opérationnels.


Plus précisément, un système de démonstration a été testé en septembre 2020, à bord d’un U-2. Ce système exploitait le système d'orchestration de conteneurs open source Kubernetes pour automatiser le déploiement d'applications informatiques afin de mettre à jour le logiciel de l’U-2. C'était la première fois que Kubernetes volait sur un système d'armes majeur opérationnel pour le ministère de la Défense (DoD). Kubernetes a été conçu à l'origine par Google et le logiciel est désormais géré par la Cloud Native Computing Foundation. Son environnement de gestion centré sur les conteneurs orchestre l'informatique, la mise en réseau et le stockage pour le compte des charges de travail des utilisateurs et permet le déploiement d'applications complexes basées sur des microservices avec une automatisation complète. Cette mise à niveau permettra aux systèmes d’armes militaires de mettre en commun la puissance de calcul embarquée disponible pour répondre à la demande aux besoins avancés en matière de systèmes et de logiciels.


Des retraits jusqu’ici repoussés

Les dirigeants de l'Air Force ont envisagé de retirer la flotte d’avions espions U-2 pendant près de deux décennies, demandant au Congrès à plusieurs reprises d'abandonner le cheval de bataille de l'époque de la guerre froide, ainsi que de retirer les drones RQ-4 « Global Hawk » qui étaient censés le remplacer. Maintenant, les deux sont sur le points d’être retirés. Si le Congrès approuve le désinvestissement et laisse l'Air Force retirer ses RQ-4 restants un an plus tard, l’USAF terminerait la décennie sans avion de reconnaissance à haute altitude qui scrute les frontières et suit les mouvements adverses.

La retraite est maintenant imminente, elle a été brièvement mentionnée dans les documents budgétaires militaires publiés plus tôt ce printemps. Les demandes de dépenses précédentes du service ont préfiguré la fin de la flotte de U-2 au milieu des années 2020, y compris dans ses demandes pour les exercices 2021 et 2022. La demande de l'année dernière n'a pas précisé quand la cellule prendrait sa retraite, mais a annulé les fonds de modernisation après 2025.

La dernière liste de documents budgétaires reconnaît que l'USAF prévoit de maintenir la flotte U-2 viable jusqu'à la fin septembre 2025, avant de transférer cet argent vers des priorités plus élevées.

L'US Air Force a déclaré qu'elle s'attend à ce que le Congrès supprime son véto législatif qui a bloqué le retrait de l'avion dans le passé, permettant ainsi d'aller de l'avant avec le désinvestissement de l'U-2 au cours de l'exercice 2026.

Les lois annuelles sur la politique de défense approuvées par le Congrès ont cherché à garantir que l'USAF dispose d'un remplaçant approprié pour le U-2 et le RQ-4 avant de retirer les ressources sur lesquelles les commandants du monde entier comptent pour le renseignement.


Dernier investissement ?

Cette mise à jour serait-elle donc la dernière ? Probablement, pour autant si le désinvestissement se poursuit à partie de 2026, la petite flotte d eU-2 pourrait encore voler quelques années avec un prolongement jusqu’en 2030, ce qui justifierait cette mise à jour. De plus, cela permettra à l’Air Force de disposer du/des remplaçants du vénérable avion espion.


Situation actuelle des U-2

Les 27 U-2 en service de l'Air Force sont hébergés à Beale Air Force Base, en Californie et tournent dans des installations militaires à travers le monde. Connu pour avoir capturé les images qui ont prouvé que l'Union soviétique construisait des sites de missiles nucléaires à Cuba en 1962, déclenchant la crise des missiles cubains, le U-2 a acquis une nouvelle renommée pour avoir suivi le voyage d'un ballon de surveillance chinois à travers les États-Unis plus tôt cette année. Jusqu'à récemment, les jets disposaient de caméras à film humide avec d'énormes cartouches de film qui devaient être expédiées à Beale et développées par la 9e Escadre de reconnaissance là-bas. Cette pratique s'est terminée par un pivot vers l'ère numérique.

Les « Dragon Ladies » ont récemment assumé un nouveau rôle en tant que bancs d'essai pour une multitude de technologies de reconnaissance et de communication plus avancées et ont aidé à tester de nouveaux outils d'intelligence artificielle dans la quête de l'Air Force pour des drones plus performants.

Le U-2 est également utilisé comme plate-forme de substitution dans le programme Advanced Battle Management System de l'Air Force, qui vise à améliorer considérablement les capacités de partage de données entre les ressources militaires. On ne sait pas comment l'Air Force réutilisera les pilotes de U-2 une fois l’avion à la retraite.


Un avion chargé d’histoire

Le 1er mai 1954, malgré le temps printanier venteux, les dirigeants de la communauté du renseignement de Washington DC se sont retrouvés en sueur froide et paniquée. Au-dessus du ciel de la Place Rouge à Moscou, l'Union soviétique venait de présenter son nouveau bombardier le Myasishchev M-4, surnommé "Hammer" lors d'une célébration du 1er mai russe.

Dans la foulée de l'explosion réussie d'une bombe à hydrogène par l'Union soviétique l'été précédent, le dévoilement a alimenté une crainte croissante que la Russie n'ait pas seulement éclipsé l'Occident en termes d'armes nucléaires et de production de bombardiers, mais se prépare à une attaque potentielle. sur les USA aussi. Les États-Unis, qui avaient été alliés à l'Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale, l'ont vu se transformer - littéralement du jour au lendemain - en son ennemi le plus féroce de la guerre froide. Pénétrer le rideau de fer s'était avéré beaucoup plus difficile que ne l'avaient prévu les agences de renseignement américaines. L'immensité de l'Union soviétique rendait difficile son arpentage. Et lorsque des avions de surveillance étaient envoyés aux confins de l'espace aérien russe, ils étaient souvent abattus par les forces soviétiques. Le président Dwight Eisenhower avait besoin d'une nouvelle paire d'yeux dans le ciel. Il les ferait passer par l'avion de reconnaissance à haute altitude Lockheed U-2 .


Les conceptions initiales de ce qui allait devenir le U-2 ont été créées par le gourou de l'ingénierie de Lockheed Clarence "Kelly" Johnson en 1953. Travaillant sous le manteau du secret dans la célèbre division Skunk Works®, Johnson a imaginé un avion léger de reconnaissance à haute altitude capable de volant au-dessus de la portée des tirs anti-aériens soviétiques. Le U-2 a emprunté son allure élégante au profil d'un planeur traditionnel. Sa longue aile effilée un tiers du poids de ce qui était normal à l'époque lui permettait d'effectuer des missions couvrant une portée de 3 000 milles et de transporter jusqu'à 700 livres du dernier équipement de photo reconnaissance à une altitude stupéfiante et sans précédent de 70 000 pieds. Malheureusement, au moment où Johnson a pu fournir une proposition complète aux responsables américains à l'été 1954, le président Eisenhower et le directeur de la CIA Allen Dulles avaient déjà approuvé deux conceptions concurrentes pour un avion de reconnaissance à haute altitude. Johnson n'était pas découragé. Il savait qu'il avait le meilleur avion. Il proposa donc un marché qu'aucun général ne pouvait refuser. Non seulement il assumerait l'entière responsabilité de tout entretien et service pour concevoir un avion entièrement nouveau, mais il y aurait également un U-2 dans les airs en seulement huit mois.

Incroyablement, Johnson a presque respecté son propre délai impossible, livrant le premier U-2 pour un vol d'essai le 29 juillet 1955, neuf mois après la signature du contrat.

Le président Eisenhower avait maintenant son arme secrète et il était déterminé à l'utiliser pour empêcher la guerre froide de devenir rouge.

Au début de 1956, le Premier ministre soviétique Nikita Khrouchtchev avait déclaré que son pays fabriquait des "missiles comme des saucisses" et qu'il aurait bientôt une bombe à hydrogène capable de frapper "n'importe quel point du monde". Tout invité non invité survolant la Russie, a-t-il également averti, serait abattu en toute impunité.

À partir de l'été 1956, le U-2 de Lockheed allait lui prouver le contraire. Le 4 juillet, Hervey Stockman a piloté un U-2 depuis Wiesbaden, en Allemagne de l'Ouest, au cœur de l'Union soviétique, capturant des photos détaillées d'aérodromes, d'usines et de chantiers navals auparavant inaccessibles par d'autres avions.

L'avion a été suivi par le radar soviétique, mais le U-2 de Stockman a volé au-delà de la portée des intercepteurs soviétiques et des tirs anti-aériens, rentrant chez lui avec des renseignements qui ont changé l'histoire.

Les vols U-2 ont révélé que les Soviétiques étaient plus préoccupés par la construction de tracteurs que de chars. La capacité de la Russie à produire des bombardiers haut de gamme était au mieux peu impressionnante. Ses missiles, bien que nombreux, étaient mieux adaptés à des attaques intermédiaires contre l'Europe qu'à une attaque à longue portée contre les États-Unis, la plupart n'étant pas du tout prêts à tirer.

Grâce au U-2, Eisenhower disposait des informations dont il avait besoin pour éviter une accumulation massive d'armes et une guerre potentielle.

Photos : 1 U-2 doté de la mise à jour 2 U-2 @ LM


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page