top of page

Berlin commande le F-35 !


Le ministère allemand de la Défense a annoncé mercredi l'acquisition de 35 avions Lockheed Martin F-35A " Lightning II" de 5e génération. Ce choix était attendu, quelques explications sur les questions de ces dernières semaines.



La décision

En début d’année Berlin a reconsidéré l’avion de combat Lockheed Martin F-35A au détriment du Boeing F/A-18 E/F. Si tout semblait plier il y a quelques mois encore avec la commande effective d’Eurofighter et la préparation d’une commande mixte de Super Hornet et de Growler pour 2022, les essais en Suisse et en Finlande ont relancé le débat en Allemagne.


Réflexion de la nouvelle coalition

Le changement de gouvernement en Allemagne joue un rôle prépondérant dans l’analyse des dossiers en cours, notamment ceux de la Défense. De plus, depuis les essais en Suisse et en Finlande, de nombreuses voix tant militaires que politiques font état d’un besoin de réévaluer le choix premier du binôme Super Hornet / Growler.

« Les Suisses ont été remarquablement transparents dans la façon dont ils ont pris leurs décisions, la qualité des tests effectués dans le cadre d’Air2030 a été exemplaire de qualité » dixit la nouvelle ministre de la Défense allemande Christine Lambrecht.

Cette dernière a pris des mesures en vue d'une décision sur le successeur de l'avion de combat Tornado. La ministre de la Défense s'est entretenue avec le chancelier fédéral Olaf Scholz au sujet du projet d'armement. L’objectif était d’effectuer une réévaluation est de préciser une nouvelle fois, si l'achat d'avions F-35 plus modernes pourrait être une alternative plus sérieuse que le Super Hornet.


Deux motivations bien distinctes

Lors de son entrée en fonction en décembre 2021, la nouvelle coalition gouvernementale allemande composée du SPD, des Verts et du FDP s'est engagée à doter la Luftwaffe d'un avion pour succéder au Tornado. L’un des points cruciaux concerne l’emploi de bombes atomiques B61-12 et la participation allemande au programme de défense nucléaire. La nouvelle coalition semblait être acquise à cet état de fait, mais les écologistes montraient des signes plus frileux en ce qui concerne l’engin nucléaire. Le concept de dissuasion nucléaire de l'OTAN prévoit qu'en cas de guerre, les alliés ont accès aux armes nucléaires américaines, c'est-à-dire doivent pouvoir transporter les bombes jusqu'à la cible. Pour les Verts allemands cette option est discutable, mais l’emploi d’un tel engin restant très limité, ces derniers semblent donc accepter cette option.

La seconde motivation est plus profonde, la ministre de la Défense allemande Christine Lambrecht a demandé un réexamen du dossier d’acquisition suite aux résultats en Suisse et en Finlande. Il en ressort deux éléments : le premier concerne le fait que l’US Navy ne va plus investir longtemps sur le terme sur le programme Super Hornet, mais engager progressivement des fonds sur le futur F/A-XX. L’avenir étant sérieusement compromis pour l’avion de Boeing, Berlin ne s’engagera pas sur ce projet. De plus, la mise à jour des capacités du F-35 ont clairement convaincu les plus réticents sur les possibilités de l'avion américain, qui offre des options inégalées en occident.


L'accord

L'accord comprend un ensemble complet avec moteurs de rechange, des équipements de mission spécifiques, des pièces de rechange et de remplacement, d'un soutien technique et logistique, d'une formation et d'un armement adapté.

Les critiques

L'achat est estimé à près de 13 milliards d'euros pour les 35 aéronefs, soit un prix très élevé par rapport au contrat de la Suisse ou de la Finlande, une situation qui ouvert la porte aux critiques. Cette différence s'explique sur plusieurs facteurs : D'une part Berlin n'a pas négocié de contrepartie pour l'industrie (Offsets). Il n'y aura donc pas de retour industriel. De l'autre, les bases aériennes susceptibles de réceptionner le F-35 n'ont pas à ce jour été régulièrement modernisées. D'importants travaux d'aménagement vont devoir être engagés. Et pour terminer l'Allemagne sera dépendante en ce qui concerne la maintenance.


Connectivité

Le F-35 est en passe de devenir la Pierre angulaire de l'interopérabilité avec l'OTAN, le F-35 est le seul chasseur de 5ème génération disponible aujourd'hui pour renforcer la capacité opérationnelle de l'Allemagne avec ses alliés et ses voisins. La connectivité est devenue de plus en plus importante à mesure que l'espace de combat continue d'évoluer et le F-35 est positionné pour jouer un rôle essentiel dans ce changement et contribuer aux missions de sécurité du 21ème siècle.

À ce jour, le F-35 opère à partir de 26 bases dans le monde, avec neuf pays exploitant des F-35 sur leur sol d'origine. Il y a plus de 875 F-35 en service aujourd'hui, avec plus de 1'845 pilotes et 13'350 techniciens de maintenance formés sur l'avion.

Photo: F-35 @ LM


Posts récents

Voir tout
bottom of page