top of page

Argentine, bataille finale pour le nouvel avion de combat !

Le nouveau gouvernement Argentin a repris le dossier du futur avion de combat destiné à l’Armée de l'air argentine. Trois candidats sont opposés et se livrent à une bataille sans acharnée.

F-16 danemark @ FAD

Un long feuilleton

Il n’est pas toujours aisé d’acquérir un nouvel avion de combat, beaucoup de pays en font l’amer expérience pour des raisons diverses. L'armée de l'air argentine tente depuis des années d'acheter de nouveaux avions de combat en vue de remplacer la flotte de Dassault Mirage III et de ses variantes qui ont été retirées depuis 2015. Dernièrement le pays avait sélectionné l’avion de combat léger coréen KAI FA-50, mais l'achat s'est heurté à un problème ancien et constant : l'embargo britannique. Ce dernier est devenu un véritable casse-tête pour l’Argentine dont l’origine est la guerre des Malouines 1982.

 

Le nouveau gouvernement au travail

Le ministère argentin de la Défense a repris les négociations notamment avec le Danemark pour l'achat d'un lot de d’avions Lockheed Martin F-16 « Fighting Falcon » d’occasions. Avec l'alignement du nouveau président Javier Milei sur les positions de Washington, cette dernière a autorisé l’exportation potentiel de l’avion en cas de choix par Buenos Aires. Initialement les États-Unis ont autorisé le transfert d’avions de patrouille maritime Lockheed P-3 « Orion » norvégiens pour l’aéronavale argentine (avianews 06.07.23).

 

F-16MLU danois

La Royal Danish Air Force a acheté un total de 77 avions F-16A/B en 2 lots majeurs et 2 commandes de remplacement par attrition. Parmi ceux-ci, 48 avions et 14 pièces de rechange, tous mis à niveau au standard MLU. Les F-16 du RDAF ont reçu un câblage supplémentaire au no. Stations des 3e et 7e ailes, afin de pouvoir accepter la station de distribution intégrée au pylône. Le PIDS est fabriqué par Per Udsen Co. Aircraft Industry (Terma A/S depuis 1997) au Danemark, et est en fait un pylône équipé de distributeurs de paillettes. La configuration normale consiste à transporter un PIDS sur 3 ou 7 stations, et le système de brouillage miniature avancé (AN/ALQ-10) sur le pylône opposé. AMJS est un système très puissant comparable à la série AN/ALQ-131 et est également construit au Danemark. Le distributeur de paillettes utilisé actuellement par le RDAF est le RR-170 avec 30 cartouches de paillettes chacune. Après avoir brièvement examiné le RR-180, le RDAF a commandé un nouveau type appelé Cherming Chaff Block (CCB) à Cherming Ltd. Le CCB a la même taille que le RR-170 mais transporte 60 charges.Toutes les activités de paillettes/fusées éclairantes/ECM sont contrôlées par le système (numérique) de gestion de guerre électronique (EWMS) fabriqué par la société danoise Terma. Le mécanisme de tir mécanique des cartouches de paillettes/fusées éclairantes a également été remplacé par un mécanisme numérique d'origine danoise. Certains F-16 danois ont également la capacité de transporter le module de reconnaissance Red Baron. Le Red Baron Pod a été remplacé par le Modular Reconnaissance Pod (MRP), développé localement par Per Udsen Co. (maintenant Terma). Cette gousse a également été exportée, entre autres, vers la Belgique. La principale arme d'interception aérienne portée par les F-16A/B du RDAF est l'AIM-9L Sidewinder, mais le RDAF prévoit d'acquérir le missile air-air AIM-120 AMRAAM pour ses F-16. Elle acquerra également le missile air-sol Hughes AGM-65G Maverick pour les missions d'attaque au sol, les LAU-3, Mk 82 et Mk 84. Avec la modernisation des F-16 danois selon les normes MLU, d'autres systèmes d'armes ont également été introduits sur la flotte. Outre l'achat de pods LANTIRN, des armes LGB ont également été acquises, notamment des armes GBU-12 et GBU-24. Le Danemark a été le premier des quatre pays de l'EPAF à acheter le GBU-31 JDAM pour sa flotte de F-16.


Le HAL Tejas MK 1A  

TEJAS MK1A @ HAL

Le LCA Mk1A est un Mk1 amélioré. Une partie de ces dernières proviennent des améliorations testées sur le prototype du MkII. Il s’agit des capacités suivantes : ravitaillements en vol, des capacités de guerre électronique améliorées et l’adjonction du radar Elta EL/M-2052 de type AESA dans un premier temps. Puis l’avion doit recevoir le radar AESA de conception indienne «Uttam» construit localement qui peut suivre 50 cibles dans le ciel à une distance de plus de 100 kilomètres et engager environ quatre d'entre elles en même temps, selon les réclamations de l'Organisation de recherche et de développement pour la défense (DRDO). La variante est capable de tirer le missile MBDA ASRAAM et les missiles air-air au-delà de la portée visuelle (BVR) Astra, en plus de la combinaison actuelle du Vympel R-73 / Rafael Derby-ER. Doté d'un guidage terminal radar actif et d'une liaison de données, l'Astra a été développé par l'Organisation indienne de recherche et de développement pour la défense (DRDO). L’avion est doté du système de génération d'oxygène de bord (OBOGS). Les affichages du cockpit seront également améliorés. L’avion est motorisé par un General Electric F404-F2J3 de 53,9 kN et de 85 kN avec postcombustion. 

 

Le JF-17 Thunder Block III

JF-17 BlockII FAP@ PAC

Le JF-17 « Thunder » (Pakistan) ou FC-1 « Xiaolong » (Chine) est une association sino-pakistanaise. Conçu en Chine par le constructeur d’Etat AVIC, il est cofinancé par le Pakistan et produit par Pakistan Comlex (PAC). Chasseur monoréacteur propulsé par une version chinoise du réacteur RD-93, dérivé du RD-33MA russe, qui équipe le MiG-29. L’avion a effectué son premier vol en septembre 2003. Avion multirôle d’un faible coût, soit environ 20 millions de dollars, il est équipé d’une avionique moderne par rapport aux A-5C et F-7P (dérivés des MiG-19/21).

L’armement comprend un canon GSh-23 (23mm), jusqu’à 3.700kg de charge utile. Doté d’armement occidental pour la version JF-17 comme des Sidewinder AIM-9P ou des PL-7/8/9 chinois. La version chinoise dispose d’une capacité de tir à grande distance avec le missile PL-12/SD-10.

Le nouveau standard Block III comprend un affichage tête haute holographique grand angle Aurora EHUD-2, soit le même qu'utilisé dans le J-20 chinois. L’avion peut compter sur une nouvelle suite de guerre électronique intégrant un système d'avertissement d'approche de missile aéroporté S740 monté sur le J-10C chinois. Cette fois une sonde de ravitaillement en vol est installée d’origine et l'avion dispose de nouveaux phares d'atterrissage à LED.

En matière de détection, l’avion intègre un nouveau radar à balayage électronique actif (AESA) fabriqué en Chine pour remplacer le radar multifonction à impulsions Doppler en bande X KLJ-7V2 à balayage mécanique. Deux systèmes sont possibles : le KLJ-7A du Nanjing Research Institute of Electronics Technology et le LKF601E du Leihua Electronic Technology Research Institute.

Le JF-17 Block III intègre un viseur de casque dont l’origine n’est pas encore confirmée. Selon certaines sources pakistanaises, l’avion devrait également être équipé d'un point dur de fuselage supplémentaire destiné à transporter une nacelle de ciblage WMD-7.

La Pakistan Air Force (PAF) devrait recevoir 50 JF-17 au nouveau standard Block III au rythme de 12 par an depuis 2022.

 

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page