top of page

Le maintien de la flotte de F/A-18 « Hornet » !

La flotte d’avions de combat Boeing F/A-18 C/D « Hornet » suisse est très sollicitée, de nombreux travaux de mise à jour et de maintien ont été engagé pour permettre l’utilisation de jets en pleine capacité et ceci jusqu’au remplacement par le Lockheed Martin F-35A « Lightning II » à l’horizon 2030.


Petit rappel

La flotte de « Hornet » a été soumise à un contrôle suite, aux fissures découvertes fin janvier 2018 sur une charnière d’un volet d’atterrissage d’un F/A-18C. L’inspection des charnières en question a fait apparaître des fissures sur cinq appareils. Les avions ont été réparés les uns après les autres. C’est l’entreprise RUAG qui a procédé à la réparation du F/A-18 dont la charnière était la plus endommagée. Arrivé à mi-vie, la flotte de « Hornet » très sollicité montrait des signes de faiblesse qu’il a fallu combler.

De plus, un programme de prolongation permettant de voler jusqu’à 6'000 heures de vol au lieu des 5'000 a été entrepris avec une mise à jour des appareils. Dans le cadre de cette adaptation l’entreprise RUAG a notamment travailler sur la vérification des trains d’atterrissages.


Landing Gear Refurbishment Program

Le « Landing Gear Refurbishment Program » a franchi toutes les étapes pour plusieurs jets F/A-18 en 2022. En collaboration avec des partenaires internationaux en Finlande, en Australie et aux États-Unis, RUAG a vérifié, démonté, révisé et réinstallé les trains d’atterrissage des F/A-18 des Forces aériennes suisses.

Le « Landing Gear Refurbishment Program » comprend la maintenance préventive étendue des trains d’atterrissage des F/A-18 afin de garantir l’exploitation de l’avion jusqu’à la fin de sa durée de vie utile. Le train d’atterrissage principal et avant assure un décollage fiable et un atterrissage en douceur des avions de combat F/A-18 sur les pistes ainsi que sur les porte-avions. Avec un poids maximal au décollage de 30 000 kg et une vitesse d’approche moyenne de 125 noeuds (230 km/h), le train d’atterrissage est soumis à des contraintes énormes. C’est pourquoi le train d’atterrissage est un élément essentiel pour la sécurité et la mission en vol.

Le programme comprend une révision individuelle des trains d’atterrissage. Cette opération consiste à démonter entièrement le train d’atterrissage et à retirer la protection de surface obsolète. Tous les composants sont examinés, notamment en ce qui concerne la corrosion, et des révisions spécifiques sont effectuées. De plus, de nouveaux paliers sont installés et l’ensemble du système est mesuré avec une grande précision, toutes les surfaces sont traitées et comparées avec les exigences du cahier des charges. Le système hydraulique est remplacé et testé sur banc d’essai à plus de 210 bars pour vérifier sa capacité de charge. Les capteurs électroniques et le faisceau de câbles sont remplacés et le temps de propagation des signaux est contrôlé.

Toute la chaîne des processus est constamment optimisée et assure un temps de passage efficace ainsi qu’une courte durée d’immobilisation des avions pour le changement de train d’atterrissage de quelques jours seulement. Le contrôle final et la validation par un inspecteur ont lieu à la fin des opérations de montage. Les compétences étendues pour le programme se basent sur différents rôles que RUAG détient :


- Responsabilité générale pour les systèmes techniques (Overall System Technical Res-ponsibility, OSTR)

- Centre Life-Cycle (Life-Cycle Center, LCC)

- Opérations de développement (Design Organisation, DO)

- Organisation expérimentée d’entretien et de modernisation


Ce n’est qu’après le vol d’essai réussi par un pilote d’essai de RUAG que l’avion est remis aux Forces aériennes.


Simulateur pour les mécanos

Armasuisse a fait l’acquisition en janvier 2022 de trois systèmes informatiques destinés à l’instruction des mécaniciens de F/A-18 des Forces aériennes et fin 2021, elle a transféré la responsabilité système à la Base logistique de l’armée. Les simulateurs reproduisent le F/A-18 dans les moindres détails, ce qui permet aux mécaniciens de s’exercer dans des conditions proches de la réalité. Ainsi, seuls deux avions au lieu de trois sont nécessaires pour l’instruction, ce qui augmente la disponibilité de la flotte pour les interventions. En outre, cela permet au personnel chargé de la maintenance de se former et se perfectionner en économisant les ressources. Grâce aux trois nouveaux simulateurs de maintenance (« Simulated Aircraft Maintenance Trainer, SAMT »), seuls deux avions seront désormais nécessaires pour l’instruction. De plus, les systèmes SAMT permettent d’assurer à moindre coût la formation et le perfectionnement du personnel professionnel et de milice des F/A-18 tout en économisant les ressources. Les simulateurs correspondent dans une large mesure au système réel et garantissent une instruction d’un haut niveau qualitatif constant. Les moyens d’instruction supplémentaires sont déjà à la disposition des Forces aériennes pour l’entraînement depuis novembre 2020.


Photos : 1 F/A-18 D « Hornet » @ DDPS 2 Contrôle du train d’atterrissage @ RUAG 3 SAMT @ armasuisse






Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page