top of page

Le programme de drones ailiers de l’USAF !

Dans le cadre de la planification, l’US Air Force travaille à l’acquisition de drones ailiers afin de compléter la modernisation de ses forces. L’objectif est de garder une « masse « à sa puissance aérienne.

L’analyse

Dans une récente analyse, le lieutenant-général Richard Moore, chef d'état-major adjoint pour les plans et programmes de l’USAF a déclaré : « Si l'armée de l'air doit combattre un adversaire majeur comme la Chine dans les années à venir, elle devra disposer d’une puissance aérienne de masse suffisante. Dans son analyse, Richard Moore, craint que les retraits d’avions tels que les F-15C, A-10 et F-16 et F-22 ne seront qu’insuffisamment compensés. Cette vision s’appuie sur le plan de retrait prévu d’ici 2028. Celui-ci prévoit la mise en retraite de pas moins de 801 aéronefs. Ces derniers seront compensés pour l’instant par 345 F-35 en commande et 104 F-15EX. Certes à terme l’USAF devrait disposer de plus de 1'300 F-35 en plus du futur NGAD.

Pour plusieurs observateurs continuer sur une telle "pente de descente", alors que des adversaires clés tels que la Chine continue d'investir dans la puissance aérienne des chasseurs, pourrait reléguer Le Etats-Unis en une simple puissance régionale.

Drones ailiers

Le lieutenant-général Richard Moore a déclaré qu'il était vital l’USAF de mettre en service en parallèle aux acquisition actuelles une flotte d'au moins 1’000 drones ailiers pour augmenter la flotte d’avions de combat pilotés. Ceci étant d’autant plus réaliste que les F-15EX, F-35 et futur NGAD sont optimisés pour le combat dit collaboratif. Pour Moore, les drones ailiers seront essentiels pour fournir le type de puissance aérienne qui sera nécessaire pour affronter une nation dotée d'une armée comparable aux États-Unis.

Dans ce cadre, le budget 2024 va permettre de démarrer le programme appelé « Project Venom » qui vise à affiner un logiciel autonome qui permettra de piloter les futurs drones ailiers. 50millions de dollars seront alloués pour ce projet et reprendra les expériences réalisées jusqu’ici. De plus, 69 millions de dollars seront également engagé pour lancer une unité d'opérations expérimentales où les responsables commenceraient à développer les tactiques et les procédures pour incorporer les drones ailiers dans un escadron.

Le projet Venom

Le projet Venom s'appuierait sur les précédents travaux de l'Air Force testant le logiciel autonome sur le X-62A (avianews 15 février 23) ou Variable In-flight Simulator Aircraft, à Edwards Air Force Base en Californie. Je vous en parlaiss dans un article précédent avec ce F-16 piloté via une intelligence artificielle (IA). Le projet Venom est le dernier développement de l'architecture d'équipe d'avions autonomes « Skyborg » de l'Air Force Research Laboratory qui vise à jumeler des chasseurs avec équipage à des ailiers de drones compatibles avec l'IA pour le combat du 21e siècle.

Le projet Venom vise à commencer à marcher avant que ses agents d'IA ne puissent courir, en effectuant des opérations de test de routine pour aider à définir les meilleures façons dont les humains et les machines peuvent travailler ensemble dans un combat du 21e siècle. Le concept d'équipe habitée-sans équipage est non seulement vital pour le futur chasseur furtif américain en développement actif, le Next Generation Air Dominance Fighter (NGAD), mais il devrait également relier les prochains F-35 Block 4 aux drones ailiers.

Le projet VENOM est l'un des trois programmes en cours de l'Air Force visant à équiper les F-35 modernisés et la prochaine génération de chasseurs de leurs propres constellations de drones de soutien pour étendre la portée des capteurs et augmenter la capacité de combat. Parallèlement au projet VENOM, l'armée de l'air poursuit un travail similaire dans le cadre du programme Collaborative Combat Aircraft (CCA) et au sein de l'équipe Experimental Operations Unit (EOU). Ces efforts ont tous beaucoup de chevauchement de par leur conception. Le programme CCA a été décrit comme une « idée originale » du secrétaire de l'Armée de l'air, Frank Kendall, et pourrait être décrit comme la vaste initiative visant à coupler des avions avec et sans équipage pour de futures opérations de combat. L'équipe EOU est chargée de développer les véritables tactiques et procédures nécessaires pour atteindre cet objectif, et le projet VENOM, comme le dit le scientifique en chef de l'Air Force, le Dr Victoria Coleman, peut être considéré comme le pont entre les deux.

Mais alors que l'intention claire du projet VENOM est de développer un agent d'IA capable de gérer la complexité des opérations de combat aérien, cet effort est encore en train de mûrir. Au départ, ces F-16 compatibles avec l'IA ne plongeront pas directement dans les manœuvres de chasse avancées. Tout comme un nouveau pilote a besoin de temps pour maîtriser son avion, l'IA de Project VENOM a encore beaucoup à apprendre. Mais pendant que la classe est en session pour l'IA, ses homologues humains étudieront également la meilleure façon de coupler les compétences offertes par l'IA avec des opérateurs humains à mesure que le programme continue de mûrir.

Même avec des avions pilotés par IA devenant rapidement une réalité, l'intention derrière des efforts comme Project VENOM n'est pas de remplacer les pilotes humains mais plutôt de les compléter avec des agents d'intelligence artificielle, non seulement dans les rôles d'ailier, mais aussi à l'intérieur du cockpit.

Les États-Unis ont actuellement deux programmes de chasseurs furtifs de 6e génération divulgués publiquement en développement actif, en plus de la 5 ème génération avec le F-35, qui devraient tous deux fonctionner comme des « familles de systèmes », le chasseur avec équipage volant aux côtés de drones activés par l'IA chargés d'une variété d'opérations de combat, allant du renseignement, de la surveillance et de la reconnaissance (ISR) à la guerre électronique en passant par les opérations de frappe cinétique. Le concept d'utilisation d'une constellation de drones, chacun s'inspirant d'un pilote humain au centre d'un réseau aéroporté, promet de transformer chaque pilote en une formation entière à part entière, augmentant considérablement la capacité et la capacité de combat. Mais même si le Pentagone peut mettre au point tous les circuits et la programmation impliqués, ils sont toujours confrontés à un obstacle supplémentaire : la charge cognitive que toute cette capacité supplémentaire imposera aux pilotes. Le cockpit du F-35 d'aujourd'hui représente déjà un énorme bond en avant dans la gestion de la charge de travail mental de piloter un chasseur haute performance derrière les lignes ennemies, rationalisant les dizaines de jauges et de lectures qui jonchent normalement un cockpit de chasseur dans une combinaison de casque- écran monté et de grands écrans tactiles interactifs. Mais même avec toute la puissance de calcul du F-35, les pilotes sont toujours chargés de gérer les fonctions complexes d'un avion à réaction volant à des centaines de kilomètres à l'heure tout en surveillant simultanément les cibles, les amis, les menaces potentielles et beaucoup plus. Un instructeur de F-35 expliquait il y a peu, que la gestion des multiples informations d’un avion moderne est tellement difficile à gérer qu'il n'est pas rare que de jeunes pilotes inexpérimentés soient tellement pris par la mission en cours qu'ils commettent une grave erreur en pilotant l'avion. C’est là que lA entrera en jeu.

L'US Air Force exploite déjà une vaste flotte d'avions sans équipage, dont beaucoup sont considérés comme des RPA ou des véhicules télépilotés. Des avions comme le MQ-9 « Reaper », par exemple, peuvent voler au-dessus d'une zone cible pendant plus de 24 heures, mais ils ne sont pas automatisés. Si ce modèle piloté à distance fonctionne pour les opérations air-sol, qu'est-ce qui empêche l'USAF d'incorporer simplement cette capacité dans des drones de soutien de chasse plus agiles ? Bien qu'il y ait certainement un certain nombre de défis inhérents à un tel effort, le plus grand que l'IA peut aider à surmonter en est le décalage. En effet, il faut environ 1,2 seconde pour que la vidéo et le capteur du MQ-9 l'atteignent à sa station de contrôle. Une fois qu'il voit quelque chose sur son écran qui justifie une réponse, il saisit les commandes et il faut encore 1,2 seconde pour que ces commandes soient relayées jusqu'au « Reaper » aéroporté de l'autre côté du globe. En conséquence, il y a généralement un délai de 2 à 3 secondes (ou plus) entre le moment où le MQ-9 détecte une menace et le moment où il peut réellement y réagir. Dans un « Reaper » à propulsion lente volant dans un espace aérien incontesté, ces trois secondes ne sont pas vraiment un problème, mais en combat aérien, les décisions de vie ou de mort sont prises en quelques fractions de seconde.

Ces préoccupations concernant le décalage et l'intégrité du signal sont pratiquement éliminées lors de l'équipement d'un avion sans équipage avec une IA qui lui permet de prendre des décisions rapides par lui-même. Bien sûr, il est important de se rappeler que cette capacité de prise de décision n'est pas la conscience telle qu'elle est souvent décrite dans la science-fiction, mais plutôt la capacité rapide d'analyser la situation, de la comparer à des centaines de milliers d'heures de données de vol précédentes et de déterminer rapidement le bon plan d'action pour les circonstances.

Les agents de l'IA qui contrôlent les avions ne font, dans une certaine mesure, que trier une liste massive d'instructions " si, alors ", en choisissant celles qui conviennent à la situation, puis en les exécutant. Si un missile sol-air est lancé depuis l'arrière de l'avion, alors déployez des contre-mesures et exécutez des manœuvres et ainsi de suite. Plus ces systèmes doivent extraire de données expérientielles, plus leur capacité à exécuter des tâches complexes devient robuste.

En conclusion

Le Project Venom va permettre d’accélérer l’intégration de l’IA dans un avenir proche et permettre de consolider plusieurs fonctions :


- Aide au pilotage dans les aéronefs habités.

- Développement de drones ailiers.

Le concept de « Venom » et la suite logique du programme « Loyal Wingman », qui consiste en la réalisation d’un premier couplage entre un combattant habité et un drone. Dans le cadre du « Loyal Wingman » le drone est dépendant de l’avion piloté, ce qui représente déjà une énorme avancée technologique. Le futur concept « Venom » permettra une plus grande autonomie du drone ailier, sur lequel pourra s’appuyer le pilote de combat. Le projet destiné à fournir des « équipiers robotiques » aux F-35 et NGAD est ainsi sur les rails.

Photos : 1 F-35 & drone ailiers 2 Projet X-62 Vista @ LM 3 Drone Loyal Wingman de Boeing @ Boeing


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page