top of page

L’A330MRTT A3R certifié avec le F-15 !

Airbus et la Force Aérienne de la République de Singapour (RSAF) ont collaboré pour mener à bien la campagne d'essais en vol de ravitaillement en vol automatique (A3R) avec l'Airbus A330 Multi Rôle Tanker Transport (MRTT) et l’avion de combat Boeing F-15SG « Eagle » en prévision de sa certification au premier semestre 2024.

La certification

Au cours de trois semaines d’août, un A330 MRTT de la RSAF a effectué plus de 500 contacts humides et secs automatisés avec toute la flotte d'avions receveurs singapourien, y compris le F-15SG, soit la variante singapourienne du F-15E de construction américaine.

Les essais en vol du F-15SG ont été réalisés à Singapour, couvrant l'ensemble du domaine opérationnel de l'AAR dans différentes conditions météorologiques, sous la supervision de l'autorité de certification espagnole, appelée INTA (Institut national de technologie aérospatiale).

Grâce à la collaboration entre Airbus et la RSAF pour le développement du SMART MRTT, un RSAF A330 MRTT a participé au développement, à la campagne d'essais en vol et à la certification de l'A3R. En outre, des capacités de maintenance améliorées ont été développées, permettant une résolution plus rapide des tâches au sol tout en fournissant les moyens d'optimiser l'utilisation efficace des pièces de rechange. Cette nouvelle étape permettra à la RSAF de devenir la première force aérienne au monde à disposer d'une capacité de ravitaillement automatique avec tous ses appareils en service ainsi que le futur F-35. Cette capacité pourra être étendue aux aéronefs de ravitaillement de type A330 d'autres pays.


De nuit avec les F-15, F-16 et MRTT

Au cours de la campagne d'essais, des vols ont été effectués dans des conditions de nuit, non seulement avec des F-15 mais également avec des A330 MRTT et des F-16 de la RSAF comme récepteurs pour la collecte de données, afin de compléter le développement et de tester les capacités de nuit du système automatisé.


Rappel

Airbus Defence and Space avait démontré pour la première fois en 2018 sa capacité de ravitaillement en vol automatique (A3R) en collaboration avec la Royal Australian Air Force (RAAF), en utilisant pour la première fois un gros avion récepteur. Au cours d’un vol d’essai de deux heures effectué au large des côtes du sud de l’Espagne, le banc d’essai du ravitailleur, un A310 d’Airbus a utilisé son système A3R pour effectuer sept contacts automatiques avec un ravitailleur multirôle RAAF KC-30A.


En juillet 2022, l'A330 MRTT est devenu le premier avion ravitailleur au monde certifié pour les opérations de ravitaillement en vol automatique en conditions de jour avec des F-16 et des A330 MRTT comme receveurs.

Le système de ravitaillement automatique réduit la charge de travail de l'opérateur de ravitaillement en vol, améliore la sécurité et optimise le taux de transfert de ravitaillement en vol dans des conditions opérationnelles afin de maximiser la supériorité aérienne.

Éprouvé au combat depuis 2014, l'Airbus A330 MRTT est certifié pour le ravitaillement en vol avec des systèmes de flèche fixe et de tuyau souple pour les F-15, F-16, F-35, A330 MRTT, AWACS, Eurofighter et bien d'autres avions.

Certifiée par l'Institut national espagnol de technologie aérospatiale (INTA), cette capacité fait partie du nouveau SMART MRTT développé par Airbus. Le système A3R ne nécessite aucun équipement supplémentaire sur l'avion récepteur et vise à réduire la charge de travail de l'opérateur de ravitaillement en vol (ARO), à améliorer la sécurité et à optimiser le taux de transfert de ravitaillement en vol (AAR) dans des conditions opérationnelles pour permettre la supériorité aérienne.


L'innovation pour le ravitaillement en vol

Le ravitaillement en vol (AAR) est l’un des principaux piliers de la mobilité aérienne et un multiplicateur de force clé. L'AAR est une opération qui exige que les pilotes des avions ravitailleurs et des aéronefs récepteurs opèrent en formation rapprochée, volant dans des conditions de vol variables, de jour comme de nuit et effectuant des manœuvres de haute précision pour établir le contact. Alors que les de ravitaillement de type avec le système de perche et le panier souple a évolué en termes de nouveaux systèmes qui fournissent de meilleures informations à l'opérateur du pétrolier et une meilleure conscience opérationnelle, la manière dont le ravitaillement est effectué est la même depuis 70 ans. Par exemple, il n’y a pas eu d’améliorations substantielles en termes d’assistance accrue aux aéronefs impliqués dans les différentes phases de l’opération AAR.


Bien qu’aujourd’hui le taux de réussite des contacts avec les paniers flexibles et les perches soit élevé, l’impact d’un contact infructueux est important, entraînant souvent des annulations de missions, des dommages aux ressources et une entrave à l’efficacité opérationnelle. En vue de maximiser son efficacité opérationnelle, l'introduction de fonctionnalités d'automatisation innovantes dans les systèmes AAR offrira de nouveaux moyens de mieux assister l'avion pendant cette opération et augmentera le taux de réussite des missions AAR.


La faisabilité d'une plus grande automatisation de l'AAR a déjà été démontrée par Airbus lors de la réalisation d'un contact entièrement automatique avec le système de perche en 2020 et de la récente certification en 2022 d'une perche entièrement automatique. Le lancement de recherches sur les perches et les systèmes de panier souple prépare les ravitailleurs en vol, tels que l'A330 MRTT, l'A400M ou le C295, à faire face à des opérations plus exigeantes et à être prêts pour la prochaine génération de plates-formes sans pilote.


A3R : compromis, technologie et nouveaux concepts de fonctionnement

La première phase du projet se concentrait sur les compromis technologiques qui étaient nécessaires pour réaliser la future automatisation de l'opération, tels que les niveaux d'automatisation ou d'assistance à mettre en œuvre pour les plateformes avec et/ou sans pilote. La seconde phase concerne la certification du système avec différents aéronefs, et les deux modes de transfert de carburant, celle-ci atteint sa phase terminale pour l’utilisation prochaine à grande échelle.

La difficulté du ravitaillement en vol

Si l’automatisation du ravitaillement en vol semble rendre l’humain moins habille et compétent, ce nouvel outil est surtout dédié à une plus grande sécurité quel que soit les conditions dans lesquels il est effectué. Car l’apprentissage de cette technique avec une qualification à la clef n’est de loin pas simple et peu tourner à l’incident à tout moment. Même avec une certaine expérience le ravitaillement reste une action sensible complexe.

Les pilotes de chasse que j’ai interrogé à ce sujet ont tous faits les mêmes remarques. Pour l’approche, il faut se mettre dans une position l’on s’aligne sur le panier (système souple de panier dans ce cas de l’exemple) rajouter un peu de gaz et se rapprocher doucement en gardant aussi stable que possible cet alignement. Généralement les ne concentre pas sur le bout de la perche de ravitaillement, mais cherche à passer en vision périphérique. Tous me disent qu’il faut éviter de viser, car on se retrouve dans une situation de sur-correction : trop haut, trop bas, trop à gauche, trop à droite. Bref, on se loupe à coup sûr. Une fois la perche dans le panier, il faut maintenir sa vitesse rigoureusement égale à celle du ravitailleur jusqu'à la fin de l'opération de ravitaillement. Il faut ajouter à cela un facteur particulier, qui concerne la psychologie, un pilote de chasse apprend certes à voler en formation et donc proche de ses coéquipiers. Mais dans le cas d’un ravitaillement en vol, il faut apprendre à « toucher » un autre aéronef en vol, ce qui est fondamentalement opposé à ce que l’on apprend à l’école de pilotage.

Photos : 1 A330MRTT A3R & F-15 de la RSAF 2 l’A3R 3 A330MRTT & F-16 RSAF @ Airbus








Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page