top of page

Départ du PC-24 du STAC, retour sur une réorganisation indispensable !

Armasuisse a finalisé la vente du jet Pilatus PC-24 en service au sein du STAC. Retour sur cette vente et les réflexions qui en découlent.


Rappel

Lors de sa séance du 16 février 2022, le Conseil fédéral avait chargé le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) de vendre le PC-24 de Pilatus. Cela s’explique d’une part par le fait que le PC-24 n’est que très peu utilisé par le Conseil fédéral et les départements, et d’autre part par le fait qu’il est récent et en très bon état et possède donc encore une valeur de vente élevée.

Avec cette décision de principe du Conseil fédéral et le mandat de mise hors service consécutif de l’armée, l’Office fédéral de l’armement armasuisse a pu déclencher le processus de vente du PC-24. L’appareil a été mis en vente sur le site Internet d’armasuisse et les offres reçues ont été examinées par les spécialistes d’armasuisse.

C’est en 2019 que le STAC a réceptionné Pilatus PC-24 commandés en 2014, le 18 février 2019. Le tout nouveau PC-24 « Super Polyvalent Jet » allait alors renforcer la petite flotte du STAC.


La vente

L’entreprise JoyVida International AG, sise à Interlaken, a soumis la meilleure offre à l’Office fédéral de l’armement armasuisse pour le jet du Conseil fédéral, finalisant ainsi la vente de ce dernier. L’avion sera livré à sa nouvelle propriétaire d’ici novembre.

Le directeur général de l’armement a signé le contrat de vente et la livraison à l’acheteuse pourra intervenir d’ici la fin novembre 2022. Le prix de vente usuel du marché dépasse le prix d’acquisition de l’époque. D’ici sa livraison, le PC-24 sera remis en conformité avec le standard civil et l’immatriculation militaire (T-786) sera radiée du registre matricule suisse des Forces aériennes.

Le STAC

La flotte du STAC est composée d’un Dassault Falcon 900 EASY et de deux Bombardier Challenger 604. Depuis le 1 janvier 2005 les activités du STAC dépendent des Forces aériennes et ceci depuis la réorganisation décidée par le Conseil Fédéral le 12.11.2004. Précédemment le STAC appartenait à l’OFAC, mais pour des raisons d’économies et de simplification des structures un nouvel organigramme a été planifié.

Les missions du STAC :

- le transport des VIP (Conseil Fédéral, secrétaire d’Etat et toutes délégations officielles) de la Confédération en Suisse et à l’étranger.

- Transport de passagers mandatés dans le cadre de mission telle que l’OSCE.

- Transport de personnels dans le cadre de mission pour la Paix.

- Acheminement de matériels pour la Confédération.

- Opération de cartographie de la Suisse dans le cadre de Swisstopo.

- Transport de militaires dans le cadre d’exercices à l’étranger (tests de tir RAPIER & STINGER).

- Accompagnement du personnel lors de déplacement des Forces aériennes en démonstrations à l’étranger (Patrouille suisse, F/A-18, Super Puma) ou en exercices ( Nightway, Tigermeet, Norka)

- Simulations au profit des Forces aériennes.

- Mise à disposition pour répondre à diverses urgences de transport (plan catastrophe).



Une situation qui en appelle une autre

Si le PC-24 a fait la fierté du Conseil Fédéral autant que ses qualités de vol au sein des pilotes, le PC-24 s’est avéré sous exploité de fait de sa petitesse. Cette décision est certes malheureuse, mais elle montre à quel point les besoins du STAC sont bien plus importants. Derrière cette vente, il y existe un autre problème auquel est confronté le STAC. Il s’agit des pannes qui péjorent l’emplois du Falcon 900 Easy acheté d’occasion.

Rayon d’action et capacité d’emport insuffisante, vieillissement des machines, le STAC va devoir se réorganiser et être à l’avenir doté d’une flotte plus efficiente. Des réflexions sont actuellement à l’étude. L’idée de disposer d’un jet haut de gamme pouvant relier n’importe qu’elle continent pour les transports d’un membre du Conseil Fédéral. Mais l’idée ne s’arrête pas là. Il a été identifié que la Confédération pourrait se doter d’un avion plus gros. Capable de transporter non seulement une forte délégation du gouvernement, mais venir appuyer l’aide en cas de catastrophe (matériel, fret humanitaire). L’avion pourrait également répondre à des besoins importants comme le rapatriement de compatriotes à l’étranger, lors de crise et appuyer la Croix Rouge ou médecins du monde par exemple.

La Confédération pourrait alors disposer de son propres outils de transport multifonction. Dans les coulisses du projet on entend d’ailleurs les noms d’A319, A220 ou Embraer Lineage comme aéronefs potentiels par exemple. Affaire à suivre…


Photos : Le PC-24 au sein du STAC @ DDPS


30 vues

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page