top of page

Début du Tiger Meet 24 !

Du 3 au 13 juin, les Forces aériennes suisses seront présentes à Schleswigen en Allemagne dans le cadre de l’exercice multinational NATO Tiger Meet. Se déroulant chaque année dans un pays différent, cet entraînement de défense aérienne est l’un des plus importants d’Europe. Il permet aux nations participantes de comparer leurs capacités, de les développer et d’améliorer leur interopérabilité. Pour l’Armée suisse en particulier, il a pour objectif de renforcer la capacité de défense à travers la coopération internationale.

Tornado allemand @ Tiger press 23

 

Les Hornet suisses présents

Les pilotes des Forces aériennes suisses se rendront en Allemagne avec quatre avions de type F/A-18 pour approfondir leurs connaissances et leurs capacités dans la défense aérienne transnationale. Ils y exerceront la réflexion tactique, la planification et la réalisation d’opérations jointes de guerre aérienne (Composite Air Operation COMAO) et l’intégration de divers moyens de guerre aériens en fonction de leurs capacités. Dans ce but, les éléments des opérations jointes de guerre aérienne sont planifiés, puis validés sous forme de missions aériennes dans le cadre de scenarii évolutifs et constructifs.

Cinquante militaires suisses se rendront en Allemagne. En tout, près de 1500 personnes travaillent pour l’exercice NATO Tiger Meet, qui rassemblera dix nations, plus de cinquante avions de combat et dix hélicoptères, et dont l’objectif est de tester la défense aérienne par-delà les frontières, de développer des capacités dans le domaine de l’interopérabilité et de permettre un échange d’informations sur les expériences vécues afin d’ajuster les capacités.


Hornet Staffel 11 @ Swiss Air Force


Exercice destiné aux membres de l’OTAN et du PPP



La rencontre NATO Tiger Meet accueille chaque année les armées de l’air de divers pays de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). La Suisse, en qualité de membre du Partenariat pour la paix (PPP), un programme de l’OTAN, y participe depuis 2004 avec l’escadrille d’aviation 11 des Forces aériennes, laquelle est membre de l’Association des Tigres depuis 1981. Quinze autres escadrilles en provenance de l’Allemagne, des États-Unis, de la France, de la Grèce, d’Italie, des Pays-Bas, de la Pologne, de la Tchéquie et de la Turquie seront aussi de la partie, soit les unités suivantes :

 

335 Mira (HAF) Araxos AB, F-16C/D Fighting Falcon (GRC)

11F (FN) BAN Landivisiau, Rafale M (FRA)

192 Filo (TuAF) Balikesir AB  F-16C/D Fighting Falcon (TUR)

Staffel 11 Meiringen AB, F/A-18C/D Hornet (CH)

211 TL Čáslav AB, JAS-39C/D Gripen (CZ)

TaktLwG 51 Schleswig AB, Tornado IDS & ECR (DEU)

12° Gruppo (ItAF) Gioia Del Colle AB,EF-2000 Eurofighter (ITA)

6 ELT (PolAF) Poznań-Krzesiny AB, F-16C/D Fighting Falcon (POL)

TaktLwG 74 (GAF) Neuburg AB, EF-2000 Eurofighter (DEU)

EHRA 3 (ALAT) BA Etain-Rouvres, SA-342M Gazelle (FRA)

EC 3/30 (FAF) BA 118 Mont-de-Marsan, Rafale B/C (FRA)

 

L’objectif et déroulement d’un Tiger Meet

Une grande variété de missions sont réalisées en interarmées : des opérations COMAO (COMposite Air Operation), dispositifs complexes de plusieurs aéronefs réalisant des missions aux objectifs multiples, des missions défensives, offensives, et Close Air Support (CAS : soutien aérien rapproché). Dans un programme de vol typique de Tiger Meet, vous trouverez tous les entraînements au combat possibles. En raison de la force croissante des hélicoptères au sein des Tigres et de leur utilisation intensive dans les conflits actuels, ils sont intégrés à la mission en tant que contrôleurs aériens avancés, d'insertion et d'extraction de forces terrestres, ou dans un rôle de CSAR. Parallèlement à leur travail au sein des COMAO, les forces d'hélicoptères s'entraînent souvent avec les forces (spéciales) de l'armée locale.

 

Dans la mesure du possible, les Tiger Meets sont intégrés à des exercices à plus grande échelle. Au cours d'une rencontre moyenne de 2 semaines, pas moins de 800 sorties sont généralement effectuées par les Tigres. Il va sans dire que les personnes impliquées dans la planification des missions et la maintenance des avions ont également un horaire de travail chargé.


F-16 turc @ Tiger Press


Les missions sont soigneusement planifiées, briefées, exécutées et débriefées. Lors de certaines rencontres, les COMAO volent le matin. Cet horaire est suivi pendant la plupart des jours de vol. À la fin de la première semaine OPS, il est temps de resserrer les forces sociales entre toutes les unités participantes. C'est durant ces jours que se déroulent les célèbres Tiger Games. Les Tiger Games sont principalement un mélange de divertissement et de sport. Après une deuxième semaine de missions d'entraînement encore plus intenses, le Tiger Meet est toujours clôturé en abaissant les drapeaux, et ce dernier soir, la traditionnelle fête d'adieu commence et diverses récompenses sont remises, dont le Silver Tiger Trophy est le plus important.


Eurofighter espagnol, allemand et italien @ Tiger Press


Un peu d’histoire

Lorsque le 74e Escadron s'est rééquipé pour la première fois du Lightning en 1960, son commandant, John Howe, connaissait bien l'existence des Tigres de l'US Air Force à Woodbridge, le 79e TFS du 20TFW. La correspondance entre les deux unités existait depuis les premiers contacts établis quelques années auparavant, et parfois des rencontres sociales étaient organisées. Sur un coup de tête, John a décroché le téléphone pour parler à son homologue de la base du Suffolk, peut-être avec l'idée inconsciente de lancer une sorte d'échange opérationnel plutôt que purement social afin que 74 puisse montrer sa nouvelle monture. Ce qu'il ne savait pas à ce moment-là, c'est qu'un vieil ami, Ed Rackham, venait de prendre le commandement du 79e TFS. Leur nouvelle rencontre après près de dix ans a donné naissance à l'idée d'un rapprochement opérationnel régulier des deux escadrons. En 1962, le Tiger Meet était une affaire beaucoup plus importante et huit escadrons étaient représentés ; le mérite en revient encore à Mike Dugan (futur CofS USAF), qui avait passé une grande partie de son temps à identifier les Tiger Squadrons dans toutes les forces aériennes européennes et basées en Europe.

 

L'Escadron de Chasse 01.012 Cambresis fut l'une des 3 unités à participer au tout premier Tiger Meet en 1961. Ici l'équipe est dirigée par le Capitaine Lerche qui était le commandant de l'escadron EC 01.012.

 

L'escadron 74 était fortement impliqué dans les travaux préparatoires pour Farnborough à l'époque et, malheureusement, cet engagement permettait à l'escadron d'envoyer uniquement des officiers pour observer et participer aux activités sociales, même si, comme nous l'avons vu, il était capable d'afficher les éclairs à la fin de la Rencontre. L'activité ne se limitait pas au domaine aérien car, outre un programme de vol complet, une série de conférences furent organisées qui traitèrent d'une variété de problèmes et d'activités dans le domaine des opérations de l'OTAN. Les aspects sociaux n’ont pas non plus été négligés. Des réceptions et des dîners ont été organisés pour le personnel aérien et au sol ; et lors du banquet final, l'invité d'honneur était le général Anderson, adjoint de l'air du SHAPE, qui, par sa seule présence, soulignait l'importance du Tiger Meet aux yeux du plus haut commandement. Dans son discours, le général Anderson a mis en mots, peut-être pour la première fois, les buts et objectifs sous-jacents de la rencontre : la promotion de la solidarité de l'OTAN, l'établissement et le maintien de relations professionnelles plus solides entre le personnel de l'OTAN et la création d'une meilleure compréhension des objectifs militaires de l'OTAN. et les problèmes des partenaires de l’OTAN. Ces objectifs restent aussi valables aujourd’hui qu’il y a 53 ans.

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page